Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 octobre 2006 7 29 /10 /octobre /2006 14:02

Savoir était et reste ma grande occupation.
Ma demeure n'est pas mon foyer mais la voie sur laquelle j'espère un jour trouver la réponse à mes questions.
Bien que l'optimisme de ma jeunesse m'offre un élan enthousiaste, la faiblesse de mes pensées qui me survient par moment, ralentit mes pas, ma paix intérieure devient tel un chateau de cartes; j'entrevois alors en moi cet être, avec lequel je m'entretenais dans ma sollitude de mes joies et de mes maux, devenir orgueilleux, méchant et confus, prêt à soudoyer mes jugements plutôt qu'à les éduquer. La paresse et le mensonge m'envahissent, j'ai alors hâte à retrouver ce personnage plus humain que j'étais et plus juste avec moi-même et mes semblables.
Dans pareilles circonstances, ne serait-il pas sage d'accoucher notre esprit telle une sage-femme accouche les femmes? puis distinguer le bon grain de l'ivraie?. Telle était d'ailleurs la méthode de Socrate.
Mais pour dire la vérité, il n'est point utile de faire un préambule. Et si je m'attelle à des acrobaties de langage, je serais bientôt une référence dans le débit des bêtises. J'ai appris donc de mes prédécesseurs qu'il ne faut surtout pas confondre la beauté littéraire avec la justesse de la pensée...à suivre...dans treize ans un mois et vingt jours.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Texte Libre



Ces écrits sont nés d'un besoin pressant d'aller vers l'autre, de fondre dans un creuset qu'est ce support des éléments épars exprimant une certaine singularité.

Mais l'homme a vite fait de montrer sa joie une fois il est dans la lumière alors que les vrais auteurs, sans qu'il ne s'en aperçoive, sont dans l'ombre.

Ces écrits ne sont donc que l'expression harmonieuse d'innombrables acteurs proches ou lointains qui ont peuplé mon esprit et qui maintenant revendiquent la liberté à leurs créations.

Je passe mes journées à mutiler mes cigares à décapiter leurs têtes à allumer leurs pieds à déguster leurs tripes, mais l'écriture n'est-elle pas une vertueuse souffrance qui s'ingénue avec bonheur à vous faire oublier votre égo à décliner le constat social et à créer en vous le désir de dissimilitude?

Notre société a circoncis les hommes dans leurs corps, le fera-t-elle pour le prépuce de leurs coeurs et de leurs ambitions?

La vitole bleue dédie ses thèmes à la ville de Tanger, ma terre ma nourricière, au cigare ce plaisir perle des dieux fait par les mains des hommes, et enfin à mes écrits vérités sur mes parures qui donneront je l'espère suffisamment de plaisir aux lecteurs.
.....................................................................................................................

Recherche

Peut-être un jour

Qui c'est celui là?
Mais qu'est-ce qu'il veut?
Tanger 2010
 

Comment se fait-il qu’un homme quinquagénaire simple et ordinaire, père de deux enfants et œuvrant dans le secteur bancaire tombe, sans suffisance aucune, dans le chaudron d’Epicure ?

A vrai dire j’essaie de ressembler à ma mémoire, c’est une conteuse passionnée, qui m’a tatoué le cœur par le premier clapé de sa langue sur le palais pour me raconter le plaisir du cigare, et la première lueur blanche de Tanger sans laquelle tous mes devoirs envers mes plaisirs ne seraient qu'un amour futile.  

 

 
Porsche 911 carrera 4
Porsche 356 1500 S Speedster (1955)
Porsche 356 1300 coupé 1951
Porsche 356 A 1500 GT Carrera 1958
Porsche 356 châssis 356.001
Porsche Carrera 911



 
 

  

 

des mots en image

D'hércule et d'héraclès
Blanche est ma ville
Brun est mon humidor

Articles Récents