Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mars 2010 7 28 /03 /mars /2010 14:45

4783313628_7f68a928aa.jpg

 

 

Je sors pour déjeuner. Je suis seul. Sur mon chemin les hommes, indifférents les uns aux autres. Les voitures passent. Au bout du chemin je m’arrête. Les quidams s’arrêtent aussi. Les têtes ont leurs yeux fixés sur le petit homme rouge qui bloque momentanément le passage à l’autre côté. Vert. Je passe. Ils passent. Ensemble mais chacun est seul. Puis rien. Exister c’est leur genre. La faim, naturelle, chasse le logiciel urbain de ma boîte noir. Il fait un peu froid, je relève le col de ma gabardine, un mélange de brun et de vert domine les couleurs de la ville retenant les confidences de ses murs. C’est triste mais c’est un sentiment que j’ai choisi. Je m’arrête au seuil du resto. Fluide accueil frigorigène, réfrigérateur, chaleur absorbée des aliments exposés en guise de mets proposés. Les hommes sont là. Tout à l’heur ils étaient à l’extérieur comme des grumeaux dans une marmelade, leurs libertés ponctuées par les sémaphores. Maintenant ils sont menés par leur besoin naturel. Moi parmi eux dans cette ambiance physiologique, mais en tout les cas jamais ils n’auraient été là par mon entremise ni moi par la leur. C’est à prendre ou à laisser. Nous sommes là c’est tout. Je m’attable, je passe commande, j’attends mon tour, je surveille mon tour puis je regarde le couteau sur la nappe couleur soleil mourrant, une salière instable en prise avec des serviettes ébouriffées. Entre-temps, pendant que je m’acclimate au melting pot, les soubassements de ma conscience se mettent à l’œuvre marquant les lieux par cette vision discriminatoire qui n’est pas la mienne et ne s’achève qu’après avoir ghettoïsé les noirs, les blancs, les sexes, les origines, les races, les signes distinctifs d’une conviction religieuse et les éventuelles orientations sexuelles. La masse nerveuse dans sa grisaille ne fait pas d’accommodement raisonnable. Soudain un glouglou de robinet me fait penser que je n’étais pas loin des toilettes. Je change alors de place  et me retire un peu plus au fond. Un jour j’ai du supporter malgré moi les jérémiades d’un convive de ces lieux. Il en est sortit le pauvre tout débraillé et cramoisi comme une braise à force de repousser son œuvre fécale. L’arrivé du garçon m’atèle enfin à mon projet. Je dois ‘m’être’ quelque chose dans ma panse, pleine je n’ai plus peur du vide. Après chaque bouchée je relève la tête observant alentour, surveillant le hasard, une explosion de caractère, un chuchotement, un rapprochement de têtes, des seins précis serrées dans leurs corsages, à chaque fois des petites émotions gratifiant la futilité de l’étant, une banalité certaine ressemblant à une mouche démaquillée vrillée dans son instinct. Le ragoût à la viande est bon, la sauce aromatisé me fait oublié mon odeur, c’est une vraie racoleuse cette odeur je l’ai toujours perçu mais jamais connu. L’ambiance est aseptisée, les serveurs dans leurs accoutrements blancs rajoutent encore à ce préau de la bouffe une couleur clinique. Cette atmosphère sans entrain où les râteliers sont à l’oeuvre, finit par m’exacerber et décide alors de  m’essayer à l’ébauche d’une petite discussion avec un client. La situation est kafkaïenne et la bonne méthode à mon avis serait d’appeler le serveur il doit être farci de vérité sur les habitués. C’est  suspect de ma part mais n’empêche. Je lui remettrais un petit papier à l’adresse d’un client qu’il m’aurait conseillé et où j’écrirais : « Cher monsieur, permettez moi de m’adresser à vous, une conversation même anodine en votre compagnie me ferait un grand plaisir. Certes on n’a pas le même passé ni les mêmes épisodes de la vie. Le seul point commun est que depuis que ça a pété au ciel nous sommes une poignée d’argile voyageant dans une même galère. Rassurez vous je ne connais pas le  concierge de votre immeuble, il est repue de votre existence il a même un théorème en votre nom dont il fait chaque soir une démonstration à sa femme….. ».


Je continue à soliloquer comme un fou, un homme sans vis-à-vis et sans parole ne rêve pas, un mot suffit parfois pour que l’existence devienne un rêve - mais que dis-je ! L’existence est un rêve- pour saouler de vin tendre nos mensonges aménageurs subtils de nos différences. Ce silence lapé par les regards indifférents agit en trémor secouant mon esprit, son feu, sa patiente mégère, sa caresse sournoise soutenue par des émotions diverses disait l’essentiel sur les portes de derrière où se cache le chemin d’errance qui s’étire et s’éloigne à chaque battement du cœur.


Le cliquetis des couverts défriche la mièvrerie  moelleuse de mes méninges, l’allure de l’inconnu familièrement étrange imprime une écriture indéchiffrable sur les cimes des regards, il pourrait venir de Saint-Pétersbourg, Abidjan, El Paso, Jeddah ou d’un pâté de maison tout proche, c’est un inconnu donc il vient de loin. Sa prise de la réalité n’est pas la mienne donc il vient de loin. De son par-dessus il se dépouille, une onde élégante frétille au cœur d’une tribu de poussière captive d’un rayon de lumières,  puis s’installe sur sa chaise provisoire. Ses yeux cachés derrière une mine absente perchée sur un dos voûté  semblent fixer nos mains véhémentes à l’œuvre dans le plat soleil empli de ce qu’il a et de ce que je suis. De ce qui nous entoure rien ne semble être cause de ses pensées ni l’enlève à lui-même, il est à l’endroit d’un remâchement circulaire,  comme traversant une steppe, une zone transitoire entre un monde et un désert, inénarrable, sans grotte ni mont, sans l’attente cruelle d’un sauveur pour massacrer des innocents. Je le sent à l’écoute d’un mugissement moléculaire qui emplit ses géminés spongieuses, un aller retour d’un fluide intemporel traçant en gouge cuiller le sillage de l’Homme fils de l’Univers. Le présent est le temps de cette créature, le présent est un temps surnaturel me dis-je.


Le gargouillis de sa pelote de viscère encore tapi  dans son porte monnaie flétrit son regard puis hèle le serveur-infirmier :


-          Oui Monsieur, vous désirez ?

-          S’il vous plaît un poulet kedjenou,

-          Les plats du monde ne sont pas dans la carte Monsieur on ne sert qu’un menu locale,

-          Mais vous devez  bien avoir du poulet fermier  je suppose?

-          Je vous comprends bien Monsieur mais le patron s’est gardé d’en tuer ces derniers temps. Il prétend que le coq fermier est moins prosaïque que le restant des chairs blanches. Au lieu donc de l’agrémenter d’aubergines et de l’attiéké, il est là à se mélanger au vent et au soleil.


La main qui passe alors sur le front de l’homme trahit sa perplexité, il a marché longtemps dans une foule chromatique, enflée par un écho déferlant, tanguant sur la chaleur du bitume, innervée par une sudation rampante …. It’s a man world and it worth nothing….il a fuit pour un moment cette lumière incertaine meurtrie par des nuages lourd et sans bonheur pour aller flotter ne serait ce qu’un instant entre les parois vasculaire du silence, sentir son apesanteur placentaire avant d’être jeter encore une fois dans l’assourdissement des enclos bétonnés.


L’appétit béqueté par l’ego boursouflé d’un coq,  ménagé par un patron qui doit certainement s’amouracher pour le chant d’un grillon champêtre, il commanda un met anonyme, atomisé, servi en tarmac, tapis roulant, sur échelles brisées, croisées en voie ferrée, en trame cutané, mordorée par un sédiment sans âges perdue entre les failles géologique de la minute égarée, sa résurgence magmatique taraude ma chair, ma mort vivante est à l’embout de ma plume.


J’avale ses gestes sans mâcher, mes yeux effeuillent son espace pour arriver jusqu’à lui, une fumerolle éclate sur les décombres de mes lèvres cousues, une parole en trémolos vient tenir ma main pantelante et bistrée pour vaincre mon éloignement à lui puis, en ajustant ma chaise pour cacher mon émotion, je lui dis :


-          Monsieur vous êtes d’ici ?

-          Non, de loin je viens de Yaoundé et vous ?

-          Oh ! Moi d’ici mais je suis toujours ailleurs un homme à hier et à demain …Confusion will be my Epitaphe….

-          Ah ! Je connais bien ce refrain ! Je l’ai souvent fredonné quand je travaillais dans les terres sablonneuses de mon pays.

-          Vous êtes agriculteur ?

-          Pas vraiment, je suis technicien dans les cultures sous serre en particulier les plantations de Tabaco tapado un lieu où la sève arpente patiemment la tige des plantes pour donner  naissance à des feuilles dorées et soyeuses destinées à la cape du havane. Et vous que faite vous dans la vie ?

-          Je suis artiste, je crée des graffitis sur les tôles ondulées abritant les smalas, je colorie aussi la reptation des murs qui naissent au ras des regards, ne laissant qu’une meurtrière pour deviner le monde, au ras des mers et de la terre, pour cadencer le mouvement des foules, enflammer leur ferveur géhenne, sueurs froides, clameurs blanches de pain, le cri des hommes pris au piège d’une meule de pierre cyclopéenne, elle les attends pour écraser leurs derniers grains de vie et se pourlécher de leur miasme.  

-          C’est un monde triste que vous me raconter mon ami. Mais, si vous vous éprenez de la noirceur ou de la joie de l’existence, c’est que vous chérissez le périssable. Est-ce là alors le monde réel que vous voulez vraiment voir ?


Comme un colibri dans son envole je me fige dans ma posture, jeté par les mots sur le pare-brise d’un chauffard qui brûle le feu rouge, frappé par ce visage émacié qui brille par son aspect humain, exprimant la totalité d’une vie, j’écoute, regarde ses joues décharnées, légèrement proéminente, formant une base médiane entre les victuailles de la terre et ceux de l’esprit. J’ai l’impression même qu’il sait que de glaise je suis, et que chaque mot qui choit, se dépose sur mon âme comme les alluvions aux bords d’un fleuve.


Je le prend en gros plan pour l’abstraire de tout, son regard fendu dans le mien puis je ferme les yeux…….. Mon dieu ….. !!!....Il me demande de changer, moi un sismographe carné qui n’a pour habitude que la routine ! Tout le long de ma vie j’ai partagé mon espace dans cette rue impasse, seule artère sans issue de la Voie lactée où le Ra réverbère chaule pourtant mon désir d’y rester. J’ai réduis malgré moi, la complexité  de mes idées à quelque chose qui s’apparente au cadre de vie de la société dans laquelle je vis, pour ne pas heurter mes kif-kif, rabâché mon manuel de la vie quotidienne, légué par les aïeux et parents des grands parents,  remonté chaque matin l’horloge murale, pour que son pendule en cuivre pisseux continu son manège de tic-tac, m’initiant au temps, à la culpabilité.  En somme un apprenant sage du guide de la médiocrité, ce best seller, cette vertu vénérée par les ethnocentriste défenseur de l’identité, qui savent à quoi le normal doit ressembler, et je vous avoue, que nul ne sait danser la Saint-guy aussi bien que cette portion de chair humaine.


La prétention de changer ! Ha ! Ha ! Moi menacer mes congénères de mes aspérités à la différence et à la diversité ! Ah non ! Pas ça ! Je préfère garder mes galons de collabo……Life is bigger than you and me….. that’s me in the corner….. losing my religion….

 

Je retrousse mes lèvres, manière de donner corps à cet intermède venu bien à propos, car je m’en veux déjà d’avoir eu cette vilaine curiosité, cette chiante nature qu’est la mienne de vouloir à chaque fois me rapprocher des autres. Me voilà maintenant réceptacle potentiel du changement, une toile vierge attendant le crime du peintre, son orgasme aux couleurs primaire chargé de signe, comme une fresque contemporaine.


Ah ! Du grabuge, la table d’à côté, je tends l’oreille, un homme, une femme :


-          d’où il vient ?

-          comme tout le monde,

-          qu’est ce qu’il veut ?

-          ce qu’il est,

-          il faut savoir !

-          je crains qu’il faille attendre,

-          je savais,

-          tout le monde sait,

-          c’est ainsi les gens ?

-          oui,

-          j’exige… !

-          la paix !

-          ainsi donc ! alors c’est ton cartable qui passera !


A suivre.....

Partager cet article

Repost0

commentaires

Texte Libre



Ces écrits sont nés d'un besoin pressant d'aller vers l'autre, de fondre dans un creuset qu'est ce support des éléments épars exprimant une certaine singularité.

Mais l'homme a vite fait de montrer sa joie une fois il est dans la lumière alors que les vrais auteurs, sans qu'il ne s'en aperçoive, sont dans l'ombre.

Ces écrits ne sont donc que l'expression harmonieuse d'innombrables acteurs proches ou lointains qui ont peuplé mon esprit et qui maintenant revendiquent la liberté à leurs créations.

Je passe mes journées à mutiler mes cigares à décapiter leurs têtes à allumer leurs pieds à déguster leurs tripes, mais l'écriture n'est-elle pas une vertueuse souffrance qui s'ingénue avec bonheur à vous faire oublier votre égo à décliner le constat social et à créer en vous le désir de dissimilitude?

Notre société a circoncis les hommes dans leurs corps, le fera-t-elle pour le prépuce de leurs coeurs et de leurs ambitions?

La vitole bleue dédie ses thèmes à la ville de Tanger, ma terre ma nourricière, au cigare ce plaisir perle des dieux fait par les mains des hommes, et enfin à mes écrits vérités sur mes parures qui donneront je l'espère suffisamment de plaisir aux lecteurs.
.....................................................................................................................

Recherche

Peut-être un jour

Qui c'est celui là?
Mais qu'est-ce qu'il veut?
Tanger 2010
 

Comment se fait-il qu’un homme quinquagénaire simple et ordinaire, père de deux enfants et œuvrant dans le secteur bancaire tombe, sans suffisance aucune, dans le chaudron d’Epicure ?

A vrai dire j’essaie de ressembler à ma mémoire, c’est une conteuse passionnée, qui m’a tatoué le cœur par le premier clapé de sa langue sur le palais pour me raconter le plaisir du cigare, et la première lueur blanche de Tanger sans laquelle tous mes devoirs envers mes plaisirs ne seraient qu'un amour futile.  

 

 
Porsche 911 carrera 4
Porsche 356 1500 S Speedster (1955)
Porsche 356 1300 coupé 1951
Porsche 356 A 1500 GT Carrera 1958
Porsche 356 châssis 356.001
Porsche Carrera 911



 
 

  

 

des mots en image

D'hércule et d'héraclès
Blanche est ma ville
Brun est mon humidor

Articles Récents