Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 novembre 2006 1 06 /11 /novembre /2006 13:46

Blanche est ma ville, bleu est son ciel, doux est son vent d'est, brun est mon humidor, noir est sa terre, belle est ma famille, agréable est son soleil, boisés sont mes cigares, au sommet de l'Afrique elle se repose, lorgnant son compagnon à vie, rocher au pied d'argile, caressant la chaleur ibérique.
Chapeau aux lunettes noir, assis au flanc des vaisseaux de Mogador, regardant ses biens aimés prendre un instant de bonheur, soupirant de joie d'avoir retrouver la mer, nervurée est la cape de mon cigare, parfumé de café et de miel, généreuse est sa fumée, murmurant dans mes narines, les bientôt retrouvailles de ma terre. Bien aimés sont ceux laissés sur les sols rouges, divin est le corps  de mon Havane, épicé est son arôme imprégné de cèdre, belle est ma ville, assis au pied de la nécropole, nourrit est mon imaginaire d' Hércule et d'Héraclès, regardant de loin le géant bleu.

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2006 7 05 /11 /novembre /2006 22:54

Vitole de production:Eminentes L: 132mm;D:17,46mm;P:8,74g;Cepo:44
Dégustations: cigare puissant, qui marque par son goût terreux et épicé,fabuleux x pendant les trois tiers.
L'aspect du cigare est l'apparence d'un corps cylindrique d'une couleur Maduro.La cape est nervurée quelque peu grasse avec une compacité régulière.
Au nez et à cru le cigare développe des arômes boisés,poivrés et de terre humide. A l'allumage on peut dire que ce n'est pas un cigare discret car à la première bouffé il décline sa puissance accompagnée cette fois d'arômes de bois précieux et de café.
Au 2ème tiers on remarque cette fumé longue en bouche et une cendre bien cylindrique attestant d'une combustion régulière.
Au 3ème tièrs,le tirage reste toujours bon avec une cendre solidaire des sensations de plus poivrés et un corps onctueux.
Cette vitole est à mon avis exellente qui annonce beaucoup de potentiel et rivalise avec les grandes vitoles en particulier pour son rapport qualité prix.

Partager cet article

Repost0
4 novembre 2006 6 04 /11 /novembre /2006 13:54


La cuillère, ustensile composé d'un manche et d'une partie creuse, servant à manger.
La clé, pièce métallique servant à ouvrir et à fermer une serrure.

Assis dans mon fauteuil, je regarde cette cuillère sédentaire dans sa forme et dans son usage, enfoncée dans son corps , peu  profonde dans ses signes, facile à saisir, empreinte floue des temps, sans passerelle vers l'esprit.
Agissant alors pour cet objet courant, je prend mon pinceau et du gouache noir et je la paint. Soudain elle sort de son contexte habituel, mystérieuse elle devient, interpelle mon imaginaire, force un peu mon respect, je l'entend même dire il y a une casserole dans le ciel pourquoi pas moi aussi! les idées se forment et s'enchaînent jusqu'à ce qu'une question me vient à l'esprit qu'elle ne pouvait jamais espérer: que représentes-tu? notre corps peut être? le problème de la famine dans le monde? D'aucuns dirons avec raison, que par la conduite ordinaire de notre vie, tenue en laisse par l'habitude, nous feignons voir les choses, mais nous n'apercevons en fin de compte que leurs ombres. Prenez un Thé alors! un Thé japonais.
Pendant que la cuillère se fraye son chemin pour s'affranchir de son immuabilité, la clé, elle, évolue et se libère peu à peu de l'objet originel qu'elle représente en s'appropriant toutes les technologies récentes, électroniques, infrarouges ou même binaires. Toutefois son chemin est balisé de derviche, la peau sur l'os tenant  à la main une cuillère et murmurant , la cuillère est  la clé! la cuillère est la clé!

Partager cet article

Repost0
3 novembre 2006 5 03 /11 /novembre /2006 13:57

Vitole de production: Robustos.L:124mm D:19,84mm P:11,18g Cepo:50.
Partagas est une vitole qui ne garde jamais ses secrets car dès l'allumage le série D n°4 libère sa puissance accompagnée d'arômes boisés et de terre humide.
Son 2ème tiers ou le Divin reste sur les mêmes notes de puissance ornée de parfum torréfié et de bois précieux.
A son 3ème tiers ou purin je regarde encore une fois ce corps plein et rond saisi par une belle bague et qui demeure riche en senteur agréable.
Bien qu'il ait été jugé parfois irrégulier dans sa compléxité, je pense que c'est un Havane complet qui mérite beaucoup de respect.

Partager cet article

Repost0
2 novembre 2006 4 02 /11 /novembre /2006 14:03

Pourquoi Dieu nous a-t-il vaincu! Comment Dieu nous a-t-il vaincu!

Quoi de plus simple, pour défaire une intelligence arrogante, que d'y mettre un peu de croyance et d'émotions.
Quoi de plus simple, pour triompher d'une intelligence insolante, que d'y loger une manifeste division engendrée par une pensée incessante.
Quoi de plus simple, pour venir à bout d'une intelligence impertinente, que d'y faire germer une voix intérieure qui se nourrit de son passé et entreprend pour l'avenir sans pouvoir vivre son présent.

Deux Etres dialoguent. L'enjeu le Sceptre. La question le Cercle parfait.

Le premier Etre: imagine un Cercle parfait.
Le second Etre: s'est fait, répond-t-il instantanément et avec assurance.
Le premier Etre: réalise le Cercle alors!
Le second Etre demeure interdit puis dubitatif: je ne peux pas, la matière trahit mon imaginaire.
Le premier Etre: Invente le compas. Dorénavent la science ou le Comment seront tes seuls Rédempteur. Puis il ramassa le Sceptre et éteint la lumière.

Partager cet article

Repost0
1 novembre 2006 3 01 /11 /novembre /2006 23:10

Vitole de production: Piramides. L:156mm, D:20,64mm, P:12,19g, Cepo:52.
Cigare d'une humeur assez réservée, livre des arômes assez riches, énormément de style. A fumer avec délicatesse et respect.

Partager cet article

Repost0
1 novembre 2006 3 01 /11 /novembre /2006 21:45

La marche est un comportement moteur naturel. Lorsqu'on se promène par exemple, nous avançons d'un pied à un autre; tantôt nous sommes sur le gauche, tantôt sur le droit, mais jamais sur les deux à la fois sauf si nous nous arrêtons; et l'emplacement de chacun met notre corps dans une position déséquilibrée. Pourtant l'ensemble du mouvement donne une stabilité parfaite!
Les scientifiques préfèrent définir la marche comme étant l'évolution d'un déséquilibre vers un autre déséquilibre.
Herman Von Helmhotz disait que la nature se complaît à marier les contraires. Le fait que cette action soit naturelle et donc acquise nous laisse, cependant, inattentif à ce moyen de locomotion.

Un homme dans la rue commence à crier "je suis Dieu, je suis Dieu, Dieu le tout puissant". les gens était un peu intriguer et commençaient à se rassembler autour de lui pour lui demander l'origine de cette hystérie. L'homme naturellement répondit " Dieu dit dans le Livre que la lumière soit  et  la  lumière  fût.  Et  moi  je  dis  j'avance mon pied droit  et mon pied avance. Ne suis-je pas Dieu?

En effet c'est un dieu, car l'idée de marcher et la marche elle même se réalisent en même temps!
Pour vous dire les choses clairement et sans détours, l'Homme est un état prématuré de la divinité vaincu par sa position spatial et temporel (le corps) en quête perpétuel de son accomplissement. Je vous entends dire que c'est de la philo ça! Non pas du tout. Définissez vous des objectifs claires et réaliser-les selon le planning retenu et vous vous approcherais de la divinité. Plus l'écart entre ce que vous dites et ce que vous faites est réduit et mieux vous vous réaliserais. L'importance de l'entreprise n'est pas tenu en compte, l'intérêt est de rester en mouvement tout en liquidant nos idées, autrement les choses présentes dans l'esprit qui demeurent non transformés en une manifestation concréte, se satellisent autour de notre pensée puis tiraillent, malmènent nos actions présentes jusqu'à ce que l'idée rebelle soit assimilée ou refoulée.

Mais la recherche de l'équilibre n'est pas seulement une affaire physique, mais mentale aussi, car l'homme vit le temps présent par les émotions du passé. Combien d'homme, ayant vécu dans des familles empoisonneuses, gardent toujours l'espoir de devenir des adultes et continuent à vivrent en réfugiés à un âge où ils sont appelés à donner le meilleur d'eux mêmes.
Chaque fois que nos émotions sont intellectualisé et non ressentit, chaque fois que nos idées restent à l'état abstrait sans pouvoir les réalisés, notre équilibre est rompue!
Mais ces situations ne sont -elles pas finalement le générateurs de nos progrès?.




Partager cet article

Repost0
30 octobre 2006 1 30 /10 /octobre /2006 17:14

Vitole de production: Coronitas. L:117mm, D:15,87mm, P:6,35g, Cepo:40.
Cigare quelque peu corsé qui m'a, à vrai dire, étonné car généreux, épicé et torréfié. Malheureusement après le 1er tiers il devient linéaire et perd toutes ses nuances et ne reste en fin de compte que la puissance. A mon avis à consommer en fin d'après midi et à conserver dans son humidor si rupture de stock et servira aussi à la gestion de l'humidité.

Partager cet article

Repost0
29 octobre 2006 7 29 /10 /octobre /2006 14:02

Savoir était et reste ma grande occupation.
Ma demeure n'est pas mon foyer mais la voie sur laquelle j'espère un jour trouver la réponse à mes questions.
Bien que l'optimisme de ma jeunesse m'offre un élan enthousiaste, la faiblesse de mes pensées qui me survient par moment, ralentit mes pas, ma paix intérieure devient tel un chateau de cartes; j'entrevois alors en moi cet être, avec lequel je m'entretenais dans ma sollitude de mes joies et de mes maux, devenir orgueilleux, méchant et confus, prêt à soudoyer mes jugements plutôt qu'à les éduquer. La paresse et le mensonge m'envahissent, j'ai alors hâte à retrouver ce personnage plus humain que j'étais et plus juste avec moi-même et mes semblables.
Dans pareilles circonstances, ne serait-il pas sage d'accoucher notre esprit telle une sage-femme accouche les femmes? puis distinguer le bon grain de l'ivraie?. Telle était d'ailleurs la méthode de Socrate.
Mais pour dire la vérité, il n'est point utile de faire un préambule. Et si je m'attelle à des acrobaties de langage, je serais bientôt une référence dans le débit des bêtises. J'ai appris donc de mes prédécesseurs qu'il ne faut surtout pas confondre la beauté littéraire avec la justesse de la pensée...à suivre...dans treize ans un mois et vingt jours.

Partager cet article

Repost0
28 octobre 2006 6 28 /10 /octobre /2006 13:09
Picasso disait "je ne cherche pas, je trouve!". Alors vous de même ne chercher pas ailleurs trouver ce superbe ouvrage de Charles Del Todesco, photographies de Patrick Jantet, éditions Assouline Paris 1996.
Des photos qui vous font voyager au coeur des plantations de Cuba pour découvrir les vegeros  envoûté par cette passion, les mains dorées par des feuilles fines et soyeuses qui viendront plus tard habiller et former le corps du cigare.
Vous trouverez aussi un inventaire de havanes en grandeur nature auquel est ajouté une appréciation de l'auteur.

Partager cet article

Repost0

Texte Libre



Ces écrits sont nés d'un besoin pressant d'aller vers l'autre, de fondre dans un creuset qu'est ce support des éléments épars exprimant une certaine singularité.

Mais l'homme a vite fait de montrer sa joie une fois il est dans la lumière alors que les vrais auteurs, sans qu'il ne s'en aperçoive, sont dans l'ombre.

Ces écrits ne sont donc que l'expression harmonieuse d'innombrables acteurs proches ou lointains qui ont peuplé mon esprit et qui maintenant revendiquent la liberté à leurs créations.

Je passe mes journées à mutiler mes cigares à décapiter leurs têtes à allumer leurs pieds à déguster leurs tripes, mais l'écriture n'est-elle pas une vertueuse souffrance qui s'ingénue avec bonheur à vous faire oublier votre égo à décliner le constat social et à créer en vous le désir de dissimilitude?

Notre société a circoncis les hommes dans leurs corps, le fera-t-elle pour le prépuce de leurs coeurs et de leurs ambitions?

La vitole bleue dédie ses thèmes à la ville de Tanger, ma terre ma nourricière, au cigare ce plaisir perle des dieux fait par les mains des hommes, et enfin à mes écrits vérités sur mes parures qui donneront je l'espère suffisamment de plaisir aux lecteurs.
.....................................................................................................................

Recherche

Peut-être un jour

Qui c'est celui là?
Mais qu'est-ce qu'il veut?
Tanger 2010
 

Comment se fait-il qu’un homme quinquagénaire simple et ordinaire, père de deux enfants et œuvrant dans le secteur bancaire tombe, sans suffisance aucune, dans le chaudron d’Epicure ?

A vrai dire j’essaie de ressembler à ma mémoire, c’est une conteuse passionnée, qui m’a tatoué le cœur par le premier clapé de sa langue sur le palais pour me raconter le plaisir du cigare, et la première lueur blanche de Tanger sans laquelle tous mes devoirs envers mes plaisirs ne seraient qu'un amour futile.  

 

 
Porsche 911 carrera 4
Porsche 356 1500 S Speedster (1955)
Porsche 356 1300 coupé 1951
Porsche 356 A 1500 GT Carrera 1958
Porsche 356 châssis 356.001
Porsche Carrera 911



 
 

  

 

des mots en image

D'hércule et d'héraclès
Blanche est ma ville
Brun est mon humidor

Articles Récents