Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mars 2008 5 28 /03 /mars /2008 17:52

L’oppression de la langue, quand elle ne vous appartient pas mais que vous avez choisi d’écrire avec, devient comme un rempart difficile à enjamber, elle vous refuse l’imaginaire, vous rappelle votre suffisance identitaire qui cloisonne chaque jour le local où vit le Monde, attise les flammes du cœur, entérine les souffrances. Dans ces situations, je me dis souvent, il faut que j’écrive un récit, un poème, pour montrer à cette langue que je ne suis plus son esclave.

Comme un enfant je dépose alors une goutte d’eau sur une graine de maïs, le ciel regarde les nuages et les nuages me regardent, le vent emporte ma graine et quand le temps aura suffisamment crayonné sur mon corps, je reviendrai voir mon champ de maïs. J'aurai peut être alors le courage de franchir les remparts, et de passer finalement du clos à l'ouvert.

Mais mon cœur ne peut attendre. Il s’éveille, il fait encore nuit dans les mots, la langue, ma compagne, n’est pas encore là, c’est une sultane infidèle, elle découche et traverse des contrées bien lointaines. Quand elle revient elle me dit avec son haleine parfumée :

« Avant de me prendre dans les dédales de tes joies étranges, apprends-moi ta langue »

Et moi je lui réponds, avec la hantise de la perdre et le plaisir vital de me repaître de son corps :

« Je ne connais que la tienne ».


Partager cet article

Repost0

commentaires

Texte Libre



Ces écrits sont nés d'un besoin pressant d'aller vers l'autre, de fondre dans un creuset qu'est ce support des éléments épars exprimant une certaine singularité.

Mais l'homme a vite fait de montrer sa joie une fois il est dans la lumière alors que les vrais auteurs, sans qu'il ne s'en aperçoive, sont dans l'ombre.

Ces écrits ne sont donc que l'expression harmonieuse d'innombrables acteurs proches ou lointains qui ont peuplé mon esprit et qui maintenant revendiquent la liberté à leurs créations.

Je passe mes journées à mutiler mes cigares à décapiter leurs têtes à allumer leurs pieds à déguster leurs tripes, mais l'écriture n'est-elle pas une vertueuse souffrance qui s'ingénue avec bonheur à vous faire oublier votre égo à décliner le constat social et à créer en vous le désir de dissimilitude?

Notre société a circoncis les hommes dans leurs corps, le fera-t-elle pour le prépuce de leurs coeurs et de leurs ambitions?

La vitole bleue dédie ses thèmes à la ville de Tanger, ma terre ma nourricière, au cigare ce plaisir perle des dieux fait par les mains des hommes, et enfin à mes écrits vérités sur mes parures qui donneront je l'espère suffisamment de plaisir aux lecteurs.
.....................................................................................................................

Recherche

Peut-être un jour

Qui c'est celui là?
Mais qu'est-ce qu'il veut?
Tanger 2010
 

Comment se fait-il qu’un homme quinquagénaire simple et ordinaire, père de deux enfants et œuvrant dans le secteur bancaire tombe, sans suffisance aucune, dans le chaudron d’Epicure ?

A vrai dire j’essaie de ressembler à ma mémoire, c’est une conteuse passionnée, qui m’a tatoué le cœur par le premier clapé de sa langue sur le palais pour me raconter le plaisir du cigare, et la première lueur blanche de Tanger sans laquelle tous mes devoirs envers mes plaisirs ne seraient qu'un amour futile.  

 

 
Porsche 911 carrera 4
Porsche 356 1500 S Speedster (1955)
Porsche 356 1300 coupé 1951
Porsche 356 A 1500 GT Carrera 1958
Porsche 356 châssis 356.001
Porsche Carrera 911



 
 

  

 

des mots en image

D'hércule et d'héraclès
Blanche est ma ville
Brun est mon humidor

Articles Récents