Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 septembre 2020 7 20 /09 /septembre /2020 20:07
Je me repose, est-ce par hasard que je suis là assis sur la ligne imaginaire du Tropique du Cancer?

Tanger 14 Mai 2015

                                                La maison que j’ai quittée

 

La maison de mes souffrances est ma mémoire. Je ne l’ai pas quitté par désaveu mais par ma connaissance de la vérité. Je ne prétends pas avoir connu la Vérité car à partir de quel lieu si ce lieu existe, à partir de quel moment si ce temps existe  peut on connaître la Vérité ? La Vérité n’a pas d’origine ni de chemin, elle EST point. Tous les sentiers parcourus  respirent sa présence, la Vérité est Une, Belle et Bonne car positive, elle compose avec les contradictions mais ne les oppose jamais. Nous ne sommes plus quand nous nous refusons à elle. La peur d’inclure définitivement ce que nous sommes nous relègue dans les steppes froides et glaciale les plus éloignées de notre véritable demeure. L’homme a crée le bien et le mal le beau et le laid, c’est en cela que nous sommes différent des animaux. C’est grâce ou à cause de cela aussi qu’il s’éloigne de sa patrie se fourvoyant dans les sentiers obscurs de sa pensée pour trouver ne serait-ce qu’une bribe de réponse à ses questions. Et après avoir presque dilapidé tout son héritage, connu la désolation abyssale que rencontre le chercheur dans sa quête il s’arrêta :

 

« Univers ! Je suis loin. J’ai fais tous les chemins possible mais aucune route ne m’a ramener chez moi, je suis allé à plusieurs endroit mais aucun toit ne m’a abriter de mes souffrances ».

 

C’est à ce moment précis qu’une voix douce pleine de promesse s’est élevée en lui:

 

« Tous les êtres dans la Vie sont sans pourquoi. La rose est sans pourquoi! t'en rappelles-tu?"

 

« Et moi alors ? »

 

« Alors débarrasse toi des pourquoi, des parce que et garde uniquement la réponse. Comprendre ce n'est pas de trouver la bonne réponse à la question mais bien de faire disparaître définitivement cette dernière."

Tu sais que tu vois alors regarde, tu sais que tu sens alors ressens, tu sais que tu entends alors écoute, tu sais que tu as été jeté dans l'espace alors mets toi debout et marche, tu sais que le temps c'est du mouvement alors  arpente la terre, nourris toi, croît et mange, tu sais que tu es l'enfant des vents alors respire. Chaque acte est merveilleux, c'est ton seul héritage rien d'autre ne pourrait à jamais t'appartenir. Commence d’abord par cela car on apprend toujours à marcher à ceux qui veulent courir »     

 

Mon chemin vers la présence

 

Partager cet article

Repost0
7 février 2015 6 07 /02 /février /2015 09:26
Journal d'une procession

Nous étions sur la route de Zagoura quand ce paysage m'a interpellé.

Pour l'être humain il est inconcevable d'imaginer un lieu sans signe. Autant la nature est empressée à rester immobile autant l'Homme cherche à l'animer pour l'éloigner, selon ce qu'il croit, de sa trop dérangeante immédiateté. Lui il en est incapable

Vendredi 18 mai 2012

Ne regarde pas ce que fait une personne, regarde ce qu’elle est.

Demande toi pourquoi un arbre, une pierre, un animal est ici et tu sauras alors pourquoi une personne est là.

Tu es là parce que la vague l’est aussi, remue ta main et l’air se déplacera,

Remercies l’abeille d’avoir voleter de fleur en fleur, remercie le vent d’avoir transporté la graine, tu es cela, dedans, en relation.

Ne sois pas en colère contre ce que tu vois. Si ce que tu vois est la réalité tu dois l’accepter si c’est une illusion tu dois la comprendre.

Tu arpentes le chemin de l’attente et du désir car la vie est un rêve,

Tu arpentes le chemin de tes objectifs car la vie est un accomplissement,

Comme il est inutile de confondre le temps et la durée, il est aussi vain de confondre l’attente, le désir et l’objectif,

(Entre le mal et le bien il n’y a pas une différence de nature mais uniquement de degré de sorte qu’il est maintenant possible d’avancer, sans aucune méprise, que ‘’de tout mal fait peut naître un bien fait’’)

Refuse toute pensée malveillante sans toutefois la refouler, ainsi tu prendras conscience de la force qui gît en toi,

Avance et n’ais aucun doute, mais ne te prives surtout pas de poser toutes les questions qui animent ton esprit. (Les questions éclairent l’être, le doute l’assombri),

Quand tu regardes ton semblable différent de toi tu t’arrêtes par toi-même et tu ne t’étends plus alors, prisonnier deviens tu de tes propres limitations,

Jeudi 04 Juillet 2012

Chaque fois que tu penses être différent des autres tu acceptes le choix d’être en conflit avec tes semblables et faire par conséquent la différence entre ce que tu as et ce que tu es, il est possible cependant de se distinguer en restant semblable, il est possible de rester différent sans vouloir altérer l’autre.

Il est des méthodes mais point de raccourcis. Cela voudrai dire simplement que le chemin est le même pour Tous, chacun de nous essai cependant de créer la meilleure façon de l’arpenter, la moins douloureuse, la plus joyeuse.

Mardi 17 Juillet 2012

Le soliloque psychologique, est l’état qui m’informe de mon malaise,

Dimanche 23 sept. 12

Nous vivons dans une société qui cherche à nous faire croire que l’homme actuel est bien supérieur à celui d’antan, que l’enjeu du consumérisme est la bataille pour un monde meilleur,

Mardi 25 sept. 12

Par moment je passe par des périodes de lucidité, l’effet certain est le détachement du passé, cette obstination de se retourner pour voir en arrière se défait d’elle-même dès qu’une sphère de conscience est franchie, Imad a beaucoup souffert de l’identification, la recherche de considération, de la différence,

Mercredi 26 sept. 2012

Si tu es la mer tu n’auras jamais peur de te noyer, mais si tu t’identifies à l’onde qui la traverse tu auras peur des rochers, tu subiras l’affront des bateaux, tu chercheras à t’égaler aux autres vagues et tu riras des plus petites que toi, tout cela pour le vent qui court en toi, qui ride et déride tes illusions,

Lundi 20 Août 2012

Est-ce que je sais ce qui m’arrive ? Comment le saurais-je ? Ce qui m’arrive présentement découle-t-il d’un enchainement d’abstraction ou es-il le résultat de phénomènes concrets ? Où j’en suis par rapport à ce maintenant, ici et maintenant ? C’est important n’est-ce pas ? Là maintenant a-t-il une relation avec le passé proche ou lointain un regret par exemple, un lien avec le futur, un espoir, un projet ? Dans l’ici et maintenant y a-t-il des évènements facilitateur ou bloquant venant de mon moi intérieur ou directement de l’extérieur ? Y-a-t-il un extérieur sans un préalable intérieur ?

Mon intelligence est asservie par le mentale ce roitelet aux pensées noires, comment opère-t-il pour gagner cette fâcheuse obédience ? Quels sont ses vizirs, ses courtisans ? À partir de quoi, quelle est sa matière première ? Le passé, le futur et ce qu’il y a dedans comme regret culpabilité, peur et angoisse ? Oui, mais dans l’ici et maintenant il n’y peut rien c’est le présent, et dans le présent il n’y a que le présent. Pourtant je vois le mental chercher à se situer ! Le mental ne veut pas s’arrêter, toujours en quête d’une situation qui bénéficie à qui à quoi ? Pourquoi trouve-t-il lamentable et injuste le fait de ne rien faire, parcourant la surface des objets sans jamais rappeler le regard, le libérer des choses ? Quel est vraiment son but ?

Mais cela ce n’est qu’un discours n’est-ce pas, un assemblage de mots donnant lieu tout au plus à une phrase parfois paradoxale et par moment parée d’une certaine logique. C’est dans l’ordre de l’intellect, une construction discursive ni plus ni moins. Une phrase peut elle cependant devenir une trace littéraire ? Une idée peut elle jaillir en expérience ? En d’autre terme et abruptement peut on assassiner l’égo ? Lui faire faire ce qu’il n’aime pas faire, c'est-à-dire porter toute une vie à son terme en une fraction de seconde, c’est un tour de force d’une densité de présence inénarrable. Ce crime impardonnable le demeurera-t-il si vous décidez de quitter la ‘’Times machine’’ ? Citons dans ce cas Mircea Eliade, je vous conseille de lire son livre ‘’le sacré et le profane’’ il écrit textuellement que l’accès à la vie spirituelle comporte toujours la mort à la condition profane laquelle est suivie d’une nouvelle naissance. Arrêtez votre soliloque psychologique ! C’est le signe de votre malaise, de votre douleur diffuse et sournoise. Vous n’en obtiendrez rien. Et même en guise de consolation si vous continuez vous ne recevrez que des camouflets. Là je m’arrête un instant ! D’abord le mot obtenir me donne la chair de poule, car pour avoir il faut en premier lieu donner. Oui, donnez et vous recevrez. Ensuite, dans tous ces propos les miens et les vôtres, il ne s’agit nullement d’acquérir quelque chose mais plutôt de perdre quelque chose de s’en séparer. Mais au fait, y a-t-il vraiment quelque chose qui nous appartient et que nous risquons de perdre ? De réel rien, d’illusoire une montagne ! De savoir par exemple si nos enfants nous appartiennent lisons G.K.Gibran dans son livre Le Prophète ‘’vos enfants ne sont pas vos enfants, ils sont les fils et les filles de l’appel de la Vie à la Vie, ils viennent à travers vous mais non de vous, et bien qu’ils soient avec vous ils ne sont pas à vous’’.

Arrivé à ce point là je voudrais partager avec vous une expérience :

« J’étais seul à la maison. Je venais de prendre une douche. Nu comme un ver je me suis installé sur le sofa, je profitais de ce moment de silence, ce calme placentaire. Mais de quel silence avais-je réellement besoin me demandais-je, là où les paroles et l’agitation sont absentes, ou bien existe-t-il une autre qualité de silence plus subtile ? Progressivement je me rendais compte que je demeurais troublé par les remous de ma pensée, telle une eau saumâtre agitée au gré des courants cherchant en vain un estuaire, un point de rupture pour connaître enfin la décantation et le repos. Visiblement je ne pouvais pas m’oublier, renoncer à moi-même, à l’attachement à mes burlesques idéaux. Soudain une voix intérieure semblable à une aigreur amère fraya le chemin dans mes viscères, une vengeance de l’Etre sur son image, puis de mes lèvres vibrantes sortirent les mots « Je n’ai ni père ni mère, ni femme ni enfant, ni frères ni sœurs, ni amis ni voisins, ni biens ni travail, ni but ni destin. Je n’ai rien. Je suis seul » C’est une noirceur abyssale qui me plongea dans une inquiétude terrifiante. J’étais au fond du puits, aucune main salvatrice ne m’était tendue. Mais cela ne reste-t-il pas pour autant vrai ? Je crois que si, car à l’issue de cet aveu, à ce rejet catégorique, un rejet frais et neuf, qui déchira les liens factices et fourvoya le mental dans un chemin en cul de sac, je me senti paisible et lesté de ma couardise à ouvrir les yeux. Puis d’une manière encore intensifiée, ce moment m’a réservé un sentiment magnifique, celui de ma responsabilité, sa reconduction d’une façon tout à fait saine envers tous ceux que j’aime et approche. Dans notre lien avec autrui qu’il soit filial, amoureux ou amical on ne peut aimer vraiment que si on libère l’autre de notre emprise, de nos projection, lui infligeant et attribuant à tour de bras notre malaise que l’on ressent à l’intérieur de nous et que l’on ne peut s’en défaire faute d’incompréhension. Pour arriver à cela, faire l’expérience de la solitude et non pas de l’isolement bien sûr est nécessaire »

Maintenant pour ce qui est de l’illusion, guérir en est une ! Et là j’ai eu l’occasion d’écouter dans une émission le philosophe Luc Ferry, il disait que le rôle de la thérapie selon Sigmund Freud est de transformer un malaise psychologique en malaise banal. Mais guérir de quoi finalement ? Arrêtons de travailler sur nous même, nous ne sommes pas malades, nous n’usons pas de notre esprit critique pour mieux comprendre ce qui se passe c’est tout.

Partant du principe vital que toute chose est parfaite même la maladie en elle-même est parfaite, je peux dire sans craindre de pouvoir me tromper que le mental est la conséquence naturelle et parfaite d’une facette de la nature de l’esprit, un état corollaire d’un mauvais usage qui, tout en étant parfait en lui-même, conduit à une déliquescence de l’intelligence de l’être humain, ce bel outil nécessaire à son évolution positive. La mort ou l’évolution négative existe, elle se trouve au bout de tous les chemins et notre naissance dans ce monde lui donne toute raison à sa présence.

Je pose la question suivante : nous avons tous une date de naissance dans ce monde n’est-ce pas ? Avons-nous maintenant réfléchie à notre date de naissance à ce monde ? Quel est donc ce monde auquel nous nous apprêtons à naître ? Quand allons-nous le faire ? Comment et pourquoi ? Combien de personne bien avancée dans l’âge attendent encore leur naissance à ce monde, sa forme nous appartient j’ai envie de dire. Je suis présent dans ce monde c’est une évidence, par contre je le suis à ce monde d’une manière subjective qui dépend essentiellement à ma façon de voir les choses, de comprendre l’enchevêtrement des évènements, comment ils arrivent par rapport à moi, mes attitudes qui sont miennes face à leurs expressions. Ce que je fais à l’instant crée le monde auquel je nais à chaque instant. Aujourd’hui est la date de ma naissance à ce monde j’ai envie encore une fois de dire.

Si ‘’Je’’ suis tel la pierre la plante et tout ce qui est vivant ou non sur cette terre, le fils de l’Univers alors en moi porte un message universel. Lequel est-il ? Comment le savoir ? Comment l’écouter ?

Pourquoi fais-je cas des impressions des sens et pas ceux de l’esprit ?

Une démonstration par la pensée,

Le problème commence dès lors que nous nous mettons à penser que nous sommes quelqu'un,

Les vérités absolues ne sont utiles que pour les statisticiens,

La culpabilité a besoin d’un temps unidimensionnel où le futur est souvent associé à la pénitence,

28 /11/2012

C’est maintenant seulement que je me rends compte que les réponses n’ont aucune utilité dans la vie, seules les questions ont de la valeur. Je me laisse emporté par le fleuve mystérieux de la vie et s’il m’advient par inadvertance de formuler une réponse je ne manquerais pas de rire tout de suite de moi-même, c’est l’attitude la plus noble que l’on puisse avoir à l’égard de l’Univers notre créateur.

Dorénavant mon éducation spirituelle sera consacrée entièrement à la quête des questions et sur mes pages je m’emploierai à ne donner ou à ne risquer aucune réponse,

01/12/2012

Je ne veux pas me tromper de monde,

L’égo est prêt à t’offrir l’oubli si tu acceptes de vivre dans un temps unidimensionnel,

22/12/2012

L’éveillé est un bon perdant, car face au mystère de la vie personne ne peut gagner.

30/12/2012

A chaque fois je dois me poser la question de savoir si mon action actuelle cache une petitesse ou pas. Lâcher prise de la petitesse,

‘’Les émotions dont nous ne nous en occupons pas s’occupent de nous !’’

05/01/2013

Je prends conscience facilement du sacrifice que du pardon, car le sacrifice est de l’égo qui m’habite lequel ne comprend pas pourquoi n’obtient-il rien en contrepartie du sacrifice qu’il réalise,

Faire un sacrifice c’est pardonner sans comprendre, par le sacrifice on enseigne malgré nous le dévoiement !

08/01/2013

C’est mon égo qui filtre, reçoit et juge, fait la lecture du comportement au travers de sa grille, nullement les autres

21/01/2013

Extrait du livre ‘’Plexus’’ d’Henry Miller : Le sens de la vie était entièrement masquer par la solution du problème de se maintenir à flot.

Le cerveau gouverne parce que l’âme abdique

08/02/2013

Pour être riche il faut faire l’expérience de la richesse, les moyens n’ont aucun rapport pour y parvenir. Il n’existe aucun médiateur matériel entre soi-même et les autres pour devenir riche, le geste supérieur suffit pour l’être.

J’ai décidé de ne plus parler aux gens mais de communiquer avec eux.

02/03/2013

Ce n’est pas la surface qui m’intéresse mais l’espace. Je ne suis pas sculpteur car ce n’est pas la forme qui m’intéresse mais l’idée.

19/03/2013

Ce qui est fait dans le temps peut changer avec le temps. Ce qui existe dans le temps change avec le temps. Le temps par contre n’a aucune prise sur le réel.

22/03/2013

Chacun de nous aspire à la liberté puis tombe dans la liberté conventionnée.

30/03/2013

Chaque jour je suis à la recherche de l’Homme. Chaque jour je dois être à sa recherche.

02/04/2013

Avec ton Amour tu avances, par ta particularité tu t’isoles et tu t’arrêtes. Pas une seule marche chérissant la particularité ne nous laisse approcher les êtres sans besoins de faire du mal.

03/04/2013

Tout est particulier, tout est privé, tout est séparation, où est donc l’amour ?

07/04/2013

Il m’est impossible de reconnaître un quelconque sentiment chez mon semblable sans que je n’en aie eu fait d’abord l’expérience moi-même.

15/06/2013

Je suis une chose en mouvement, une créature qui bouge

14/07/2013

Je pense par temps par espace, vision fragmentée : il m’est arrivé telle chose tel jour à tel endroit….un regard sélectif, partiel, non total

21/07/2013

Le matin du samedi 20 j’écoutais sur YOUTUBE Ch. SABOURIN discourir sur la différence entre l’éveil réel et spirituel. Sans aucune volonté de ma part un changement dans mon esprit s’est produit, un passage inattendu, sous vide, un hiatus psychologique clôturant brusquement un programme et ouvrant un autre. Ma doublure que j’engraissai de spiritualité s’est évanoui et n’est resté que moi-même avec une énergie hier mon ennemie maintenant devenu mon amie, cette énergie s’appelle le temps, l’espace. J’écoute…. C’est la première fois. Je vois…. C’est encore nouveau pour moi. Ma fonction comme un élément ami de ce monde est acceptée. Maintenant il s’agit de continuer le travail, d’énergisé le soi et non sa doublure, d’accepter que l’être soit en souffrance à cause de son ignorance ‘volontaire’, de son savoir passif, une baudruche ouverte à tous les souffles sauf au sien.

24/07/2013

Le monde réel est situé en totalité dans l’Evénement. L’événement ce n’est ni un temps ni un espace.

21/08/2013

Il faut passer entre les choses qui ponctuent l’existence, sinon on perd de vue l’essence de la vie

25/09/2013

L’Homme en tout temps a été en paix ! L’Homme EST en paix.

03/10/2013

La parole est l’accessoire de la réalité.

La parole est un prétexte (le livre du dedans)

19/12/2013

Prendre conscience qu’on est perdu dans et par nos pensées, nous met sur la voie de l’esprit juste.

14/01/2014

Je suis emprisonné par un « moi » qui veut, cherche, désire, souhaite, hait, aime,…….

Questions à développer

Pourquoi la croissance ? A quoi sert le progrès ?

Pourquoi gagner plus d’argent ?

Les choses auxquelles je crois doivent-elles être supérieur aux choses que je consomme ?

Pourquoi défend-on la vie ? Vivre est-il de notre ressort ?

Le changement existe-t-il réellement ?

Suis-je utile à quelque chose ?

Les avis changent et les illusions se comparent les unes aux autres et la plus plausible d’entre elles est retenue comme étant l’illusion la plus certaine à nous éclairer et à nous conduire sur le chemin de la ‘’vérité’’

Est-ce que manger est nécessaire ?

Qu’elle est la première personne qu’il faut tuer ? : Le prof.

Avons-nous une identité ? Laquelle ? L’identité n’est-elle pas une supercherie ?

Quelle est la nature de cette paix qui dit-on surpasse toute intelligence ?

A quoi servira la mémoire si les événements extérieures ne demeurent pas les mêmes ? N’obéissent plus aux mêmes lois ?

Faut-il avoir raison pour être heureux ?

28/09/14

Se séparer du ‘moi’ de tout ce qui appelle le ‘moi’, le café du matin par exemple lorsqu’on pense qu’il est absolument nécessaire pour soi.

Beaucoup de choses s’articulent autour de notre essence pour sublimer à notre insu la réalité vrai afin qu’elle devienne illusion le moteur creux de la quotidienneté.

Partager cet article

Repost0
14 mai 2014 3 14 /05 /mai /2014 14:04

C'est notre deuxième voyage à la vallée de Dadès, Seulement, cette fois on a décidé, ma femme et moi, de continuer sur notre route pour aller jusqu'au village Msmrir en traversant la région Aît Sdrat Tidirt comme un premier saut dans les montagnes du haut Atlas. C'est au sommet de ces montagnes à 2400 m d'altitude qu'on a rencontré le vendeur de pierres. Dès que je lui est révélé ma prochaine étape, le village d'Imilchil en passant par le col de Tizin Ouano à 3207m d'altitude, il m'a pris pour un fou " cette voiture vous allez la casser! il y a une piste rocailleuse en montagne qui fait 28 km de pente. Si jamais vous partez, allez y le matin de bonheur car il est de convention entre les habitants de ces lieux de réserver le matin pour l'aller et le soir pour le retour, car deux voitures en sens inverses ne peuvent jamais passer! Et bien sûr on est parti! Quelle aventure!!

Le vendeur de pierres

Le vendeur de pierres

les montagnes de Ait Sdrat Tidirit

les montagnes de Ait Sdrat Tidirit

La vallée de Dadès

La vallée de Dadès

Les montagnes de Tizin Ouano

Les montagnes de Tizin Ouano

Partager cet article

Repost0
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 09:13

 

Tanger 1142

 

 

 J’ai découvert l’encre et la forme des lettres, mais je n’ai jamais appris à écrire,

 

L’assemblage de mes mots ne forme pas une phrase mais plutôt une trace littéraire,

 

Ma difficulté à communiquer est devenu avec le temps l’objet principal de mon expression,

 

Mes phrases sont une travée de strate, des tranchées derrière lesquelles je me mets à l’abri,

 

A l’abri du lecteur sérieux en quête de sens, prêt à me dépouiller de mes vérités,

 

C’est pour cela que je suis un scribe dissident, à la fois mobile et sédentaire, essayiste et fictionnel,

 

Exprimer l’indicible est ma seule quête qui restera à jamais inachevée,

 

 

Mais je n’y peux rien, dans le supplice existentiel tout est déjà décousu.

Partager cet article

Repost0
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 09:12

 

Lettre à mon ami Dr El Y.Med

DSC 1175

 

 

Bonjour mon ami,

 

Il m’arrive souvent de rester là planter devant mon clavier à chercher les mots car parfois l’émotion est si forte qu’elle m’empêche d’écrire. Le besoin pressant d’écrire m’empêche d’écrire.

 

Je me rappelle souvent Fernando Pesoa et de son livre « le livre de l’intranquillité » dans lequel il écrivait avec conviction que la « cohérence est une maladie ». C’est une maladie lorsque la pensée jette sa grille de lecture sur nos vrais sentiments pour ombrager les effluves du cœur. Alors si par moment il vient à vous de croire que je perds la tête sachez simplement que c’est un artifice pour fourvoyer l’esprit afin de permettre dans sa pureté originelle la résurgence du vrai amour.

 

A l’instar des trois religions je voudrais bien réserver une journée pour ma propre prière dans un édifice que je nommerais volontiers la maison du nouvel âgiste. Et que serait encore ma joie de pouvoir élever sur la porte d’entrée les mots suivants : ‘’je n’ai jamais dit que Dieu n’existe pas, je n’ai jamais dis que je ne crois pas en Dieu, je dis seulement que Dieu auquel je crois ne ressemble pas aux vôtre’’.    

 

Il y a une phrase dans votre article qui m’a poussé à noircir cette page « Je ne peux dire merci qu’en donnant » pour cela je vais vous raconter cette histoire :

 

J’étais de retour chez moi, j’avais un billet de cent dh dans ma poche et venais d’acheter huit pommes deux pour chacun de nous. Sur mon chemin un homme le visage creusé par la nuit à peine caché derrière des habits rapiécés me supplia de lui faire l’aumône. Je n’avais pas de monnaie.  A l’instant j’ai pensé  lui offrir deux pommes mais  une voix insidieuse tapie dans l’antre de l’infamie me souffla « Après tu n’en auras pas assez » et j’ai continué sur mon chemin. Cependant  une ruelle plus loin je fus saisi par le remord : comment cela « je n’en aurais pas assez !», comment ai-je fais pour accorder si peu de valeur à moi-même, au rendez-vous qui s’est offert à moi pour agrandir mon âme ! J’avais de la peine car je venais de faire l’expérience de la pauvreté, celle  de la mesquinerie aussi. Je me suis senti dans mon for intérieur, beaucoup plus pauvre que ce mendiant et pourtant par rapport à lui j’étais largement à l’abri du besoin. Je me suis dis alors qu’il ne suffit pas d’être riche mais encore faut-il faire l’expérience de la richesse pour réellement le devenir et pour cela donner est le meilleur moyen de dire merci à la mère providence cette action divine du geste supérieur.

 

 

Merci mon ami.

Partager cet article

Repost0
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 17:35

111

 

Quelque soit sa taille et sa hauteur, une montagne à double verrou n'est rien.

 

Mon premier acquis de l'experience de la ''non peur'' est la nette amélioration de ma relation avec mon fils. Je n'ai plus peur d'être déchu de mon statut de père.

 

Cher Monsieur Massin,


Je n’ai pas réfléchi longtemps avant de vous écrire, l’émotion est assez forte pour se permettre encore un laps de temps aussi minime soit-il. En fait, de l’émotion il n’en reste qu’une empreinte indélébile, une ravine douce creusée par les effluves du ressenti.


Il y a quelques jours, parcourant le web, j’ai eu l’immense plaisir de lire l’extrait de votre entretien « accueillir l’émotion – la fin du refus »  accordé en 2005 au journal Réel. En plus du contenu humaniste et littéraire, les phrases contenaient  une trace psychologique d’une intensité que je ne qualifierais pas d’ineffable puisque vous avez su l’exprimer mais de très forte.


En effet, en dehors de l’expérience comme celle que je vais partager avec vous, il est impossible pour une personne n’ayant pas vécu cela de communiquer cette pensé :


« Il y a quelques jours un différend m’a opposé à mon directeur, c’était la fin de la semaine  nous avions tous les nerfs à fleur de peau, mais cela ne justifiait pas la manière avec laquelle il s’est adressé à moi. Transi d’incompréhension je suis retourné à mon bureau, mais là une force s’est mise terriblement à me comprimer de l’intérieur embrasant et  inhibant toutes mes réactions. Soudain la forme de carapace qui me serrait éclata et un sentiment clair et limpide de non peur me gratifia d’une sensation d’invulnérabilité,   ôtant  et refusant à toute chose, quoi qu’il ait pu arriver, la capacité de me nuire. Je me sentis dans l’absolu, à l’image d’une fusée qui se libère du champ terrestre et dont les occupants découvrent avec stupeur la magie de l’univers. »


Ce sentiment, quoique maintenant d’une intensité moindre, est là figé dans ma chair comme une mémoire indélébile, une trace en gouge cuillère faite par un artisan de la paix. Plusieurs expériences ''d’éveil'' ou de prise de conscience ont marqués ma vie et c’est toujours un acquis indestructible.


Merci Monsieur Massin, un merci simple et sincère.

Partager cet article

Repost0
11 avril 2011 1 11 /04 /avril /2011 18:50

 

 

Le fer roulait, le manège d’acier chantait un bruit intermittent, une répétition à l’identique d’un haut levé puis un bas donné de marteau de forge. Itération d’un son retombant se relevant, sans issue, verrouillé dans une succession obsessionnelle de coups à l’identique : tac tac…..tac tac. La sédation des vibrations vêtait les esprits d’une hypnose imbécile. Les bogies, écrasés par le poids des wagons, fuyaient sur les rails qui plongeaient en trompe l’œil dans un horizon lointain, noyé par le relief et la profondeur. De part et d’autre du trapèze de basalte, une étendue de friche et de champ habitée par une nature morte, morte par l’absence de signe, morte par l’absence d’une existence, dérangeante par son immédiateté, vivante par son empressement à être immobile, figée dans les gouttelettes du soleil qui affûtent le batifolage des insectes et brasillent sur la carapace des arthropodes. Incompréhensible vanité des raphias et des figuiers, heureux dans leurs magistrales solitudes. Tout semblait railler le regard spécieux des voyageurs et célébrer en même temps, dans ce paysage, la lassitude de l’essentialité, le geste pleutre d’un nuage, le moignon séculaire d’une branche d’olivier. Peut-être qu’une âme côtelée, inégale comprendrait que c’est un grand oui à la vie. Un oui écru sans fil ni aiguille pour suspendre la tâche bleue du ciel. Mais rien ne donne accès à la compréhension de ce bonheur pour celui qui est dans l’attente d’arriver, arriver pour repartir comme si le présent était immérité.

 

Relégués sont-ils au dernier wagon, au passé mauvais, la relégation est mieux que l’exil quand l’alliance tombe et laisse une trace. Mais la virole cède et menace le pedigree, Il reste alors à faire son chemin dans le mollusque Ensis et en prendre exemple, car c’est mieux d’avoir la chair couverte d’os, le derme à nu fini souvent par donner à la bouche le goût alcalin de la truelle.

 

Au virage la déchirure, assourdissant arrachement des ornières qui peinent à garder l’empattement, la force fugue prenant les corps au collet de leurs rêves, les tirants vers le chambranle glabre de la vitre. Inertes, persévérants sous la tutelle de l’attente, les regards vacillent sans intensité, réfléchissant l’éclair fade d’une bêche qui a longtemps renoncé à ameublir la terre, soudain un murmure, trahit par un friselis d’émotion,………… Je ne voulais pas vous faire de la peine…………......Les yeux pervenche piqués au visage regardaient de biais, vers le bas, cherchant à détrousser une souffrance, une impuissance à faire que ce qui est arrivé ne fut jamais. Le galbe est encore  transfiguré par les séquelles d’une folie que le voyage a fini par guérir, les fanons tombent comme un pendule qui s’arrête, la peau blanche émaillée de rouille. La cendre aux joues rappelle un ancien bonheur éteint. Mais l’annonce qu’une vie peut être un échec qui dure, est là, présente, entièrement. Le chuchotement continue……………, je n’ai pas réussi, j’ai préféré la fierté à l’amour, longtemps j’ai visité ces mêmes instants pour m’apercevoir que je n’étais en fait que transi d’orgueil.................la main translucide et fuselée quitte alors le genou pour aller se glisser à l’intérieur de la veste, un moment éternel peut être, avant que le geste à rebours ne sorte un papier plié………Tiens lis………….le papier est échangé, les regards pourtant ne se croisent pas, perdus sur les coteaux, repris par la marche longue et mesurée des poteaux électriques qui traversent les collines et les champs. Une main jeune déplie la lettre.

 

 

 

 

 

Paris, 14 avril 1986

 

Cher Papa, 

À mon arrivée à l’aéroport d’Orly, je n’ai eu aucun mal à reconnaître ton ami Gaullard. Il était là à m’attendre, une pancarte à la main avec mon nom  inscrit dessus. Disons que la photo que tu m’avais montrée avant mon départ de Tanger, ne rend, ou à peu de chose près, aucun  de ses traits actuels : bien empâté, une calvitie déclarée et une rousseur assez prononcée sur le visage qui auréole gentiment le faciès d’un bon vivant. 

Nous avons déjeuné ensemble dans un bistrot, un endroit agréable puis il m’a raccompagné à l’appartement qu’il m’a trouvé en colocation avec un portugais étudiant en langues étrangères dans une Université pas loin des sciences humaines là où je me suis inscrit.                                                                 

À présent, bien que je demeure un peu troublé par ce grand Paris, mon existence s’est nettement améliorée et surtout mieux organisée de sorte qu’actuellement, j’ai davantage de temps libre que j’emploie à la lecture et l’écriture quand je n’ai pas bien sûr, des travaux à préparer en relation avec mes études. Ici j’éprouve un réel plaisir, un attachement qui reste encore indescriptible pour la rigueur scientifique des cours. 

Papa, tu sais bien que mon voyage à l’étranger n’avait pas pour seul but de continuer mes études, mais encore de trouver la paix celle que j’ai toujours cherchée. Elle  s’est révélée à moi il y a bien longtemps, mais la peur d’être réprouvé par les miens et par la société a fait que j’ai continué à vivre, à paraître faussement équilibré. Notre milieu me ramenait souvent à l’évidence amère, au prix de mon harmonie intérieure, que seule une effigie obéissante faisait le printemps chez les hypocrites, et pour y évoluer, je devais à chaque fois décider quoi et comment  ressentir, sans jamais permettre à mon émotion de s’épanouir, celle-ci m’était censurée par les miens. Personne ne s’est enquis de ma souffrance, la probité morale et l’honnêteté n’avaient de valeur que si elles participaient à sauver les apparences. Comment nous guérir de cette mort ? 

Maintenant s’en est fini papa, j’ai décidé de faire de ma vie un ressentit, donner un visage à mes émotions et pouvoir me regarder dans la glace, sans jamais me culpabiliser d’avoir trop attendu pour me réaliser. Je suis parti donc à la recherche de ce presbytère qu’un voisin de palier m’a indiqué. C’est drôle, une fois arrivé tout mon corps s’est mis à trembler, un vide m’enveloppa, j’allais presque rebrousser chemin. Mais non, me suis-je dit, combien de temps ai-je attendu ce moment, impossible de faire marche arrière. Alors j’ai frappé à la porte et attendu un long instant avant que celle-ci ne s’ouvre. C’était, tel qu’il était habillé certainement un ouvrier qui faisait des travaux à l’intérieure de l’église. J’ai demandé après le pasteur, il ma prié d’attendre le temps qu’il aille le chercher. La porte est restée légèrement entrouverte, pour m’apercevoir de la douce sobriété des lieux, de la lumière bleutée du vitrage qui se posait légèrement sur l’éclairage tamisé de la pièce lovée dans une senteur de bois noble. J’ai entendu des pas qui venaient vers moi, puis ce sourire qui sortait agréablement de ce col romain. C’était un homme d’une cinquantaine d’années, grand de taille, un front qui gâtait un peu le visage sous des cheveux d’ébène malgré l’âge. Il me pria d’entrer et m’invita à m’asseoir, puis dès qu’il m’a posé la question de ce qu’il pouvait faire pour moi, j’ai commencé à pleurer, mes trémolos m’empêchaient de parler tellement ému  que je fusse. Après qu’il soit parti me chercher un verre d’eau, il s’est légèrement penché sur moi, m’a soulevé le menton de sa main droite et m’a demandé ce qui se passait. Alors dans une force libératrice jamais soupçonnée, des années réprimée, je lui répondis :…. Je veux accueillir Jésus dans ma vie….Il se redressa, s’immobilisa un laps de temps, fit deux pas en arrière et s’assit sur une chaise et me dit :…….mon fils sais- tu vraiment ce que tu veux !........…..Oui père, répondis-je, je veux accueillir Jésus dans ma vie…..Alors son visage s’illumina, et sans se départir de sa gravité sincère, embroussaillée par des sourcils drus, il revint alors vers moi lentement, j’entendis même le froufrou de sa robe noire, me pris par l’épaule m’imprimant un léger mouvement qui nous amena tous les deux à nous agenouiller sur le sol, comme s’il présageait un tremblement de terre……..Ta famille est…………….Musulmane rétorquais-je……………l’Islam est aussi une bonne religion lorsqu’on en fait un bon usage, n’est-ce pas mon enfant ?Et d’ailleurs, en quoi ton intimité avec le divin changera-t-elle que tu sois chrétien ou musulman ?................Peut être que vous avez raison, j’ai usé de toute ma tête pour ne pas éveiller de  soupçons sur ma conduite cultuelle, et maintenant d’une manière tout à fait contraire vous me demander implicitement, d’argumenter ma foi, n’est-ce pas cela étrange père !  La foi doit-elle rendre des comptes à la raison ?............Son visage se relâcha, lesté de toute nuance, seule une présence vive marquait son regard……..Soit mon fils !  Approche : Crois-tu que Jésus est le Fils de Dieu ?...........Oui, je le crois………..Crois-tu que Jésus est mort sur la croix pour tes péchés ?..........Oui, je le crois……..Crois-tu qu’il est ressuscité pour t’assurer la vie éternelle en Lui ?.........Oui, je le crois………Répète maintenant après moi : Seigneur Jésus, je T’invite à entrer dans mon cœur maintenant et à me sauver. Merci Père. 

Quelle paix papa j’ai sentie alors dans mon cœur ! Moi qui ai traversé pendant des années des chemins obscurs à l’envers du monde, me voilà renaissant inondé par le bonheur, je regardais mes mains, les glissais sur mon buste et touchais mon visage, comme pour accueillir une résurgente superficialité.  Me voilà enfin emplis de moi-même libéré du joug de l’Homme.

 

C’est ma vie papa. J’espère que tu comprendras l’engagement de mon frère Mikaël.

Ton fils qui t’aime.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

Partager cet article

Repost0
13 février 2011 7 13 /02 /février /2011 20:25

  Mon ami Tarik au café Rif (2)

Mon ami Tarik au café de la cinémathèque Rif 2010

 

J’ai connu cet homme, chétif comme un miroir, étrange comme un logis sans mémoire, il se plaisait à dire qu’il n’était cohérent que lorsqu’il demandait son chemin. Me voilà donc bien averti. Sa démarche raide sans être hautaine lui donnait dans sa blancheur, l’aspect d’une asperge longtemps mûrie dans les profondeurs du sol. Il semble diviniser le mépris à l’égard des moines cybermarketeurs vivant en communauté. Ces cénobites, comme il aime à les appeler, sont des poux qui vous rongent le cuir chevelu de dedans en usant de leurs principes civilisateurs s’acharnant à ce que vous n’ayez point de promiscuité avec la contrainte pour que vous n’élaboriez jamais vos moyens de résistance, rester brancher, liberté velléité impéritie c’est leurs devise tout cela ! Ils veulent savoir tout de toi, te mettre à nu, et lui la nudité il en a horreur, car voyez vous me dit il, moi j’ai des complexes et croyez moi c’est bon un complexe ça donne plus d’humanité à ton sujet, une bonne intrigue sincère et moins affectée.   Et quoi encore lui répondis-je, chacun fait le choix de la vie factieuse qu’il désir et la peuple d’acteurs espiègles à sa mesure  prêts à vous jeter dans les rimes les plus insensées.

 

Son opium à lui c’était de sortir quand tout est fermé, lorsque la nuit avait définitivement vomi les insomniaques, desservi le relent de bière des yeux obèses et grivois. Il aimait à sentir alors ce silence, ce veston noir qui sied à la nuit pourvoyeuse de sa lumière. Quand il s’approche de la mer il devient matelot mutin qui ne veut plus repartir. Y a-t-il quelque chose à l’horizon qui ne soit pas encore ici ? Me dit- il. Je ne réponds pas et demeure silencieux. Ses yeux restaient alors à quai pour se goinfrer des collines  et du seuil de la mer.

 

Le roucoulement des galets, sous les franges claires des eaux azurées, le plongeait dans une sorte de syncope ondoyante. Son calme soudain m’étonna mais je me dissuadais de l’en ramener. Il aime à être fugitif dans la ville aux versants colorés d’exode. Je sais qu’il avait décidé il y a longtemps de partir en faisant le choix de rester. Son amour pour sa terre était profondément ancré dans son âme. Il y a des lieux d’où on ne part jamais, des traces géographiques damnées par le recommencement.

 

Les pieds mêlés à l’écriture marine, il chevauchait déjà les chemins de traverse qui mènent au confident horizon là où vitupèrent les poètes et les voyageurs chamarrés de mythes. Il était l’hôte du moment, l’instant où la  pierre repose sur la pierre, diaprée par le reflet d’un rire de lumière. Quand il revint à lui, il jeta par la seule force de son être tout son orgueil et du revers de la main fit signe aux vagues de s’éloigner puis, à chaque retrait de la mer il se baissait, les mains appuyées sur ses genoux pour déchiffrer, tel un géomancien, l’inscription des vaguelettes de sable sculptées par les marées.

 

Les gens de la ville le prenaient souvent pour un fou ordonné par un esprit insulaire.  Lorsqu’il sentait les regards peser sur lui il allait allègrement vers les curieux pour leurs demander s’ils savaient pourquoi les pierres n’avaient pas de foie ni d’intestin, ou parfois même criait après eux « allez, ouste ! Gratteurs de tain !! ».  Aussi faut il admettre qu’il n’a jamais fait quoi que ce soit pour ménager sa réputation depuis que l’Imam de sa paroisse s’en est bien occupé. En séance plénière d’un jour de grande affluence à la mosquée, il a fait passé à l’Imam un mot écrit sur une page sacrée « Votre Etre suprême est mort. Tout ce qui est touché par la possession  des hommes est voué tôt ou tard à disparaître». Son affront n’eut d’égal qu’un menaçant murmure de sirocco s’élevant sur les visages escarpés, un précipice terrible  s’annonçait, une buée rouge vermeil auréolait les regards, les coeurs étaient alors chargés de poudre dont  l’odeur âcre flottait déjà autour des têtes capuchonnées  qui attendaient un seul geste des barbes drues pour mettre le feu à la mèche et fustiger l’égaré. Mais l’Imam n’eut que ses lèvres pour se préserver du blasphème et appela la communauté à en faire autant puis se retourna vers notre ami et lui dit « mon fils, allez refaire vos ablutions et demander pardon à Dieu pour votre offense ». Il se mit debout, et sous le regard inquisiteur de l’assistance répondit « Non ! J’irai au môle là où les lames de l’hypocrisie sont brisées. Autour de moi je ne vois que des cœurs attendus, travestis par les peurs et la culpabilité, les bouches sont insipides par un pain sans sel et moi de ce pain je n’en mange jamais. Continuez à tresser vos croyances infidèles, vous êtes tous autant que moi des perturbateurs mais à la différence près que vous, vous êtes des perturbateurs insoupçonnés car réglés sur la même aporie que celle de vos congénères, aux mêmes signaux régissant la morale de votre société. Certes j’habite au même dojo que vous, mais je ne suis pas dupe, j’ai les clés du portail et j’en sors quand je veux, mieux que les guignols de vos rois je suis. Alors, je préfère arborer l’étiquette de mécréant que de me conformer à vos vertus. ». Il a parlé comme une gifle et ne lui manquait qu’un calicot de manifestant. Pourtant le ton de sa voix exprimait la force de ses mots, il était sincère, et pensait que l’homme crédule était un dormeur qui dormait dans le corps d’un autre dormeur comme des poupées russes se résignant à se déboîter faisant perdre ainsi à chacun sa singularité. Voyant les fidèles médusés par son absence totale de crainte à s’exprimer sur un tel sujet il continua « L’homme primitif et celui du moyen age, ont vécu moins heureux que nous, des être qui ont assuré leur subsistance dans une indigence remarquable et étaient loin, très loin de se douter que l’homme arriverait un jour à domestiquer les énergies telluriques et créer des remèdes curatif à ses maux. Pourtant l’humanité dans son entièreté a traversé les siècles sous la même voûte céleste, est-ce que le Dieu d’alors s’est dérobé aux prières des hommes, ne préférant pas jouer au garde malade dans un asile pour impotent ? Est-ce que Dieu s’est manifesté seulement lors de la découverte de la transfusion sanguine, des vaccins et des antibiotiques pour spolier la découverte des hommes? N’y a-t-il finalement rien de nous même dans cette existence, ou préférons-nous croire à l’invisible, ce visible niais, pour mieux nous accommoder de nos souffrances ? » La mine dévote des croyants était barbouillée par cet apostat funeste, les pommettes resserraient les paupières, les fronts dégoulinaient, presque un étau au centre du visage contenant à peine le flottement incrédule des pupilles dans un blanc d’yeux  maculés de menstrues : expulsez le faustien ! Découpez en mille morceaux l’apostasié ! Rangées pieuses soudain tranchées de soldats de Dieu, giclées intense de voix vernaculaires soufflant l’aigrette de pissenlit. C’est dans un pogrom que notre ami s’est ouvert le passage pour sortir de la maison de Dieu et du cœur de ses acolytes, chassé vers le rythme citadin, cet amour vénal où il arrive, gorge invoisée, à la terre de ses châtiments puis, dans un coin ombragé par une arcade, comme Ovide s’assit et pleura.

 

Dans sa retraite, les murs mal rasés s’incurvaient sans rides, trempaient leurs sourires dans l’humidité des venelles, accusaient la secousse brusque d’une porte bénissant l’épopée d’un enfant aux yeux châtaigne. De quelques encoignures, montaient des voix avachies de vice appelant la jouvence d’une  caresse furtive, halètements au seuil des lobes et parfums de poivre sous une langoureuse racine méditerranéenne. Une  trace laiteuse habillait le silence en tissu blanc écru ressemblant à la premiere aurore qui, dans l’attente du retour des hommes du quai, des filles des usines, des éventaires amovibles de marchand fuyard,  gommait peu à peu la différence entre les hommes et absorbait dans son réceptacle monacal le soliloque furibond de notre ami à l’égard des godemichés au qamis blanc.

 

Les pancartes étaient désormais affichées dans les esprits : attention homme tragique à ne pas fréquenter, tendance à regarder les problèmes de très près, inclination au pessimisme. Ne lui parlez pas, restez cloîtré chez vous et mettez à portée de main votre raboteur qui rend lisse et connaissable la quotidienneté des jours. Il va vous dire qu’entre chaque instant anodin de la vie germe un soubresaut de surréalisme coloré de spectres inaudibles, que quelque chose alors vous échappe, ne vous prêtez pas à son jeu, restez dans le cadre totalitaire de la chose apprise et du légué. Sa feuille automnale et légère aux racines insidieuses et puissantes, réclamera le bois arraché aux forêt, éclatera les meubles de votre logis, éloignez votre attention de son lierre et de son humus car il couvre les visages des innocents comme le duvet  de vos enfants, fera de vos évidences d’alors des lieux d’énigmes squattés par le départ retour dans un décor révolté. Si par malheur acquis vous êtes à sa cause il vous parlera de son métier d’artiste tisonnier, la tige remuant la braise vous ne sauriez plus si le feu est bon ou mauvais, s’il est destructeur ou rénovateur, s’il éclaire le paradis ou brûle en enfer, vous regarderez et toute votre vie alors sera portée en un instant à son terme.

 

Si jamais vous rencontrez mon ami sur une terrasse de café et vous le voyez comme vous et moi tartiner son pain ou boire son café ne considérez  pas alors qui l’est l’un des nôtres, c’est vouloir se saisir d’un esprit ajourné que de croire à sa présence car il y a longtemps qu’il a casseé son guindeau pour n’accoster nulle part sauf peut être au gît des calanques là où réside un étrange ordinaire inaccoutumé.

Partager cet article

Repost0
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 13:41

 

Hiba-ici-et-ailleurs.JPG

 

Midi est un sale temps, le soleil est au zénith, un moment où l’astre lâche  tout comme nous à la diarrhée. Tout est absolu alors, car à midi l’ombre disparaît. La chaleur tremblante sur le sol cuit les personnages de surface. Les nuages souvent assignés à l’horizon ôtent tout abri pour que chacun entre à vif dans l’existence, la gorge épaisse par l’odeur volumineuse de la lumière.

 

A midi personne n’est philosophe le monde est nu face à l’arrogance de la nature. C’est le seul moment peut être que les hommes choisissent pour se déshabiller et accepter malgré eux leurs nudités. Dégoûtés de leur parures, ils aimeraient bien s’arrêter pour réfléchir mais se contentent d’être un liseré de bougainvillées rosat ceignant une maison impénétrable, une chair infinie dorlotée à 37° où l’esprit  sommeille debout sur une terre promise aux chants des grillons, aux caresses des vagues ameutées par un azur rossé par les vents. A vrai dire, je comprend, demeurer à  37° c’est toujours banal c’est comme si vous passiez toute votre existence à la même saison, l’été tiens ! Et ça ce n’est pas une preuve du bonheur qu’ils disent.

 

Moi je ne m’arrête pas, je suis arrivé à un moment de la vie où je prends conscience de ce que je perds. Il m’arrive parfois de voir le passé venir à moi, je n’ai pas de mots définitif pour me séparer de lui, il part quand la saison est douce, le climat tiède puis revient lorsque le froid est attisé par les vents, se penche sur moi reprend la dernière phrase les derniers mots de notre conversation, c’est une chambre à deux, il y restera tant que je n’ai pas encore tout dis, tant que je continuerai à croire qu’il est la preuve des malheurs empaillant ma jeunesse. Il commence toujours par me servir à boire, prends un verre me dit-il ça fermente mieux les actions inaccomplies, les phrases inachevées. J’aurais souhaité qu’il ne rajoute rien à mon amertume, qu’il soit aveugle aux plis de mes habitudes qui l’ont appelé. Mais enhardi  par mon humeur lourde difficile à déchirer il entreprend d’accrocher sur le mur ces heures molles qui s’étirent et s’agglutinent sur les parois de la chambre. Boit ! répète t il sans me quitter de ses yeux brumeux voilant à peine la gêne des jours,  puis dans une atmosphère psychédélique animée par les Doors, libère les anamnèses reprisées, sinueuses flammes fumigènes se déhanchant dans leurs costumes d’apparats aux froufrou d’enfer, tziganes aux visages éclatants de cataclysme, fardées de crépuscules, this is the end my friend continuent de chanter les Doors, je devine le galbe de leurs corps aux rémanences douloureuses, leurs parfums sucré de jasmin se refuse à mes lèvres tremblantes bourrelées de remord noircies par la fumée et les vapeurs éthyliques, une folie rembourrant  les couloirs du temps à l’issue incertaine.

 

Mais il y a toujours, je ne sais comment, cette main qui rêve tendue pour me faire sortir des remous des souvenirs, cette voix intérieure, syncrétique, magnifiée par les mouvements analgésique d’un soufi à la recherche d’équilibre, une voix  qui ne m’appartient pas que je sens sans savoir ce que c’est et qui me pousse malgré tout à avancer.

 

-    -    -   -    -    -    -    -    -    -

 

Alors que cette nature accourt de toute part, bondit de son lit pour s’accomplir dans un présent immortel, fleurit ses bouquets de géranium et élève dans les airs ses plumes nuptiales pour blanchir le ciel, les hommes, au démon de midi marquant la fin de la jeunesse du jour, continuent d’ensemencer non sans souffrance une paresse criarde, attendant le vomissement de leurs rêves sans vérité renforçant le mensonge qui veut que l’homme sur son chemin doit toujours craindre et toujours espérer. Il faut dire que la paresse ce n’est pas aussi facile que ça en a l’air ! Il faut être solide d’abord, avoir une répugnance pour le présent et surtout faire de la procrastination son sport de prédilection. Un homme pour vivre n’a d’ailleurs besoin que de trois ou quatre habitudes qui créeront son passé et feront de même pour son futur, il changera peut être mais souvent pour prendre et rarement pour échanger.

 

 

Au pied de la falaise viennent s’échouer les haleines tannées d’alcool, les regards empourprés de cannabis, seuls les versets de l’Instant  chantés du haut des chairs des mosquées s’entêtent à éveiller l’absence et l’oubli, à panser les corps qui portent désormais la fatigue de la vie. Le silence des rues, moisies par le repos des millénaires, est altéré en arrière plan par la voix off de la magie burlesque du vivant, travelling des oxymores, cortège de voix sans visages, instants et gestes sont sur le départ, vivants en phase terminal, cédant la place aux suivants, qui bientôt à leur tour partiront, valise à la main, tandis qu’ils étaient là, vlan ! la malle aux souvenirs, rien n’est là qui n’ai d’abord été dans le passé, pourtant les choses changent et la vie est toujours inattendue. 


Partager cet article

Repost0
8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 12:48

placard

 

 

J’ai découvert l’encre et la forme des lettres mais je n’ai jamais appris à écrire,

L’assemblage de mes mots ne forme pas une phrase mais plutôt une trace littéraire,

Ma difficulté à communiquer, est devenu avec le temps l’objet principal de mon expression,

Mes phrases sont une travée de strate, des tranchées derrière lesquelles je me mets à l’abri, à l’abri du lecteur sérieux en quête de sens  prêt à me dépouiller de mes vérités,

C’est pour cela que je suis un scribe dissident, à la fois mobile et sédentaire, essayiste et fictionnel,

Exprimer l’indicible est ma seule quête qui restera pour toujours inachevée,

Mais je n’y peux rien, dans le supplice existentiel tout est déjà décousu.

Partager cet article

Repost0

Texte Libre



Ces écrits sont nés d'un besoin pressant d'aller vers l'autre, de fondre dans un creuset qu'est ce support des éléments épars exprimant une certaine singularité.

Mais l'homme a vite fait de montrer sa joie une fois il est dans la lumière alors que les vrais auteurs, sans qu'il ne s'en aperçoive, sont dans l'ombre.

Ces écrits ne sont donc que l'expression harmonieuse d'innombrables acteurs proches ou lointains qui ont peuplé mon esprit et qui maintenant revendiquent la liberté à leurs créations.

Je passe mes journées à mutiler mes cigares à décapiter leurs têtes à allumer leurs pieds à déguster leurs tripes, mais l'écriture n'est-elle pas une vertueuse souffrance qui s'ingénue avec bonheur à vous faire oublier votre égo à décliner le constat social et à créer en vous le désir de dissimilitude?

Notre société a circoncis les hommes dans leurs corps, le fera-t-elle pour le prépuce de leurs coeurs et de leurs ambitions?

La vitole bleue dédie ses thèmes à la ville de Tanger, ma terre ma nourricière, au cigare ce plaisir perle des dieux fait par les mains des hommes, et enfin à mes écrits vérités sur mes parures qui donneront je l'espère suffisamment de plaisir aux lecteurs.
.....................................................................................................................

Recherche

Peut-être un jour

Qui c'est celui là?
Mais qu'est-ce qu'il veut?
Tanger 2010
 

Comment se fait-il qu’un homme quinquagénaire simple et ordinaire, père de deux enfants et œuvrant dans le secteur bancaire tombe, sans suffisance aucune, dans le chaudron d’Epicure ?

A vrai dire j’essaie de ressembler à ma mémoire, c’est une conteuse passionnée, qui m’a tatoué le cœur par le premier clapé de sa langue sur le palais pour me raconter le plaisir du cigare, et la première lueur blanche de Tanger sans laquelle tous mes devoirs envers mes plaisirs ne seraient qu'un amour futile.  

 

 
Porsche 911 carrera 4
Porsche 356 1500 S Speedster (1955)
Porsche 356 1300 coupé 1951
Porsche 356 A 1500 GT Carrera 1958
Porsche 356 châssis 356.001
Porsche Carrera 911



 
 

  

 

des mots en image

D'hércule et d'héraclès
Blanche est ma ville
Brun est mon humidor

Articles Récents