Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 janvier 2007 3 03 /01 /janvier /2007 10:48

Papa, apprends moi à pardonner,
Ta lumière me brûlait les yeux et je m'en cachais,
Petit comme un oisillon, je te suivais dans le ciel bleu,
Comme une flèche mouvante qui voyage impérturbablement vers l'horizon,
De retour à la maison tu me mettais en califourchon sur ton genou,
Les calîns tu savais que je les aimais, tes doigts dans mes cheveux tu savais que je les adorais,
De mes caprices d'enfant, aucun tu ne m'as refusé,

Mais au-delà du symbole tu n'étais qu'un homme et ça je ne le savais pas encore,
Et .....sans le savoir peut-être, tu m'as blessé,
Car un jour, tu n'étais plus de retour, et depuis, seul le clair de lune de ma mère ma guidé dans l'obscurité,
Puis un jour on m'a dit, petit, désormais tu es dans une famille déchue,
Alors, mes yeux embrumis par les larmes,
Je suis parti à la rencontre de cet arbre immense qui m'abritait,
Pour lui demander dans mon coeur,
Quelle autre terre que la notre il a choisi pour se planter,
Son regard, plein de désarroi, je ne l'oublierai jamais,
Son coeur brisé en mille morceaux me disait, toi qui volait dans le ciel tu vas ramper,
Alors, de son piédestal il est descendu,
Adieu Papa,

Maintenant, mon coeur vieux de quarante cinq printemps s'est éclaircit,
Car mon amour pour papa a fleurit,
Le temps aidant, j'ai mesuré l'absurdité des évènements inscrits,
Je t'aime papa, mais je ne pourrais jamais te l'avouer,
De peur que tu partes encore une fois.

Partager cet article

Repost0

commentaires

rachid 12/02/2008 19:41

Je pense fortement à toi car je sais que tu es sensible sous ta carapace de maladresses !Je pense très fort à toi donc j'ouvre ton site et la moi aussi je deviens triste en lisant ces quelques lignes ou tu rends hommage à un être cher !Tu avais peur qu'il te quitte mais le temps est intransigeant et ne laisse pas de répit donc oublie la tristesse et puise en tes ressources certaines la joie de vivre !Car cette liesse est l'essence même qui fait vivre dans nos coeurs les êtres chers partis pour un temps car ils ne partent que pour un temps !Nous sommes à Dieu et à lui nous retournons !Toutes mes plus sinceres condoléancesUn ami pas encore partitoujours là pour toi !

Bien aimés sont ceux laissés sur les sols rouges 13/01/2007 11:10

Merci pour ce témoignage qui me va droit au coeur.
Le pardon ou juste la tolérance sont une preuve de maturité et de paix avec soit même avant que ce ne soit avec les autres.
Lui non plus, je ne pense pas qu'il t'ait dit un jour qu'il t'aimait mais je suis certain qu'il t'aime de tout son coeur.
Ton frère qui t'aime beaucoup 

Texte Libre



Ces écrits sont nés d'un besoin pressant d'aller vers l'autre, de fondre dans un creuset qu'est ce support des éléments épars exprimant une certaine singularité.

Mais l'homme a vite fait de montrer sa joie une fois il est dans la lumière alors que les vrais auteurs, sans qu'il ne s'en aperçoive, sont dans l'ombre.

Ces écrits ne sont donc que l'expression harmonieuse d'innombrables acteurs proches ou lointains qui ont peuplé mon esprit et qui maintenant revendiquent la liberté à leurs créations.

Je passe mes journées à mutiler mes cigares à décapiter leurs têtes à allumer leurs pieds à déguster leurs tripes, mais l'écriture n'est-elle pas une vertueuse souffrance qui s'ingénue avec bonheur à vous faire oublier votre égo à décliner le constat social et à créer en vous le désir de dissimilitude?

Notre société a circoncis les hommes dans leurs corps, le fera-t-elle pour le prépuce de leurs coeurs et de leurs ambitions?

La vitole bleue dédie ses thèmes à la ville de Tanger, ma terre ma nourricière, au cigare ce plaisir perle des dieux fait par les mains des hommes, et enfin à mes écrits vérités sur mes parures qui donneront je l'espère suffisamment de plaisir aux lecteurs.
.....................................................................................................................

Recherche

Peut-être un jour

Qui c'est celui là?
Mais qu'est-ce qu'il veut?
Tanger 2010
 

Comment se fait-il qu’un homme quinquagénaire simple et ordinaire, père de deux enfants et œuvrant dans le secteur bancaire tombe, sans suffisance aucune, dans le chaudron d’Epicure ?

A vrai dire j’essaie de ressembler à ma mémoire, c’est une conteuse passionnée, qui m’a tatoué le cœur par le premier clapé de sa langue sur le palais pour me raconter le plaisir du cigare, et la première lueur blanche de Tanger sans laquelle tous mes devoirs envers mes plaisirs ne seraient qu'un amour futile.  

 

 
Porsche 911 carrera 4
Porsche 356 1500 S Speedster (1955)
Porsche 356 1300 coupé 1951
Porsche 356 A 1500 GT Carrera 1958
Porsche 356 châssis 356.001
Porsche Carrera 911



 
 

  

 

des mots en image

D'hércule et d'héraclès
Blanche est ma ville
Brun est mon humidor

Articles Récents