Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 janvier 2022 1 10 /01 /janvier /2022 09:43

Sans titre Gouache sur papier marouflé sur isorel

 

 

 

 

 

 

 

La nature et la vieillesse 

Peinture sur papier Juillet 1972

 

 

 

Un monde magique gouache sur papier 

 

 

 

 

 

Parent d’un inconnu peinture sur papier

 

 

 

 

”Je n’écris pas parce que je sais mais parce que j’aime”

“Bien qu’il soit assis à Sidi Mnari contemplant ainsi toute la ville de Tanger, le regard de l’Etranger restera à jamais inachevé, je suis cet Etranger!”

 

 

- Mly Ahmed Drissi a ses habitudes au café La Dolce Vita à Rabat si tu veux le voir.

- Comment le reconnaître? A-t-il un signe particulier, distinctif?

- Tu demandes au garçon de café et efface moi cet air hautain, ce chapeau style européen qui fait appelle à une mémoire qui n’est pas la tienne. Tu n’as pas de calotte? (rire)

- Je ne connais qu’un seul habit propre au marocain, en particulier ceux du nord comme moi, c’est la balgha! Djellaba ou Jabador et tête rasée. En portes-tu! Non. Alors soit gentil envers ma paille de palmier!

- Bon, Mly Ahmed n’aime pas les arrivistes, ceux qui se proclament marocain alors qu’ils sont, sans le vouloir bien sûr, le réceptacle du néocolonialisme et de sa continuité, ils n’ont pas encore compris que progrès et civilisation n’est pas occidentalisation.

- Mais je vais parler peinture pas de ma mise enfin!

- Écoute, toi tu n’es pas de son monde et lui il n’est pas du tiens alors fais ce que je te dis!

- J’ai apporté une forme de monographie de sa peinture naïve.

- Malheureux! tu viens de commettre l’impair le plus impardonnable qui soit!!

- Mais enfin quoi encore ?!

- Ne prononce jamais devant lui ce terme de naïf, c’est une forme de mépris et de dénigrement commis à son égard! bon dieu d' bon dieu, je pense que tu n’es pas encore prêt à le rencontrer, tu as vraiment besoin d’un long débriefing, Mly Ahmed a un tempérament coléreux il le sait, c’est une main énervée nonobstant sa peinture est appréciée.

- Il n’y a pas de mal à qualifier une forme d’art en Art naïf, c’est une simple appellation pour établir une certaine distinction entre les divers styles picturaux, c’est tout! tiens! Frida Kahlo me vient tout à coup à l’esprit, elle aussi est un peintre naïf, le savais-tu?

- Le problème ne réside pas là, ce n’est pas une question de classification mais de cantonnement forcé de l’art marocain dans le cadre d’une peinture spontanée. Et pour ton information, Frida Kahlo est répertoriée dans l’Encyclopédie Mondiale de l’Art Naïf, ce n’est pas le cas pour Mly Ahmed, pas plus du reste que les autres artistes marocains pour la simple raison que le Maroc n’y figure pas du tout! Vas-y savoir pourquoi!!

- Oui, je comprends, mais tout art, disons, prend naissance dans la forme et la couleur, c’est universel, l’évolution artistique vient progressivement.

- Sais-tu que Mly Ahmed est né en 1924 sous le règne du Sultan Mly Youssef Ben Hassan qui a exercé sa fonction dans la tourmente du protectorat français et espagnol? Un peuple dominé aurait-il la prétention d’élever son art à celui de l’agresseur! A peine avait-il fait de considérer son art sous un angle interprétatif et symbolique que voilà déjà les préjugés coloniaux qui viennent barbouiller son travail pour le limiter stricto sensus à une œuvre purement descriptive et inventoriée. Toute sensibilité artistique qui sortait du canevas étroit mis en place par les coloniaux était tout simplement objet de moquerie et de rabaissement. Je te rappel pour mémoire le texte d’Albert Memmi dans son livre “Portrait du colonisé”:”...On a déclaré au colonisé que sa musique c’est du miaulement de chat, sa peinture du sirop de sucre, il répète que sa musique est vulgaire et sa peinture écoeurante”. Comprends-tu maintenant?

- Alors de quel mouvement se réclame t il?

- Celui de l’égarement.

- Comment ça, peux-tu m'expliquer?

- Décidément je vois que ta caboche est pleine de vérités établies par les autres! Mly Ahmed préfère plutôt s’égarer dans son art que d’emprunter l’ordre et la raison d’autrui. Il a dit par ses propres mots “à quoi bon de peindre ce que tout le monde peut voir? Je veux peindre ce que je suis seul à voir pour le faire partager aux autres”.Écoutes, l’art est un ressenti, une émotion, on peint avec ce qu’on a dans le ventre ou le cœur, bref les entrailles mon garçons, tu dois en avoir parce qu’il me semble que ce n’est pas assez costaud là-dedans! Mais dis donc toi! Pourquoi veux-tu le rencontrer?

- A vrai dire je regardai les tableaux de Mly Ahmed avec une certaine indifférence, mais quand j’ai lu l’hommage que lui a rendu Hocine El Kasri dans Pro-culture n°11, un regard cette fois consensuel s’est éveillé en moi. Je dois dire que c’est un peintre révolutionnaire à son époque car il a su porter sur la toile ce qu’il ressentait au fin fond de lui-même. Je vois clairement maintenant pourquoi il a été considéré comme un peintre marginal et maudit, et cela pour la simple raison que lui, contrairement aux autres, il a su afficher son ressenti sur le tableau, passant ainsi du descriptif à l’interprétatif, à donner un sens à l’oeuvre, ce qui à son temps était inacceptable dans la conception occidentale.

- Bien dit. Ses tableaux en effet racontent, produisent une vérité, une forme de pérégrination au sein de sa mémoire, une composition de couleur dont le seul but est de témoigner d’un certain vécu qui était le sien, d’en prolonger en quelque sorte la naration. Sa mère le mettait souvent à l’abri des regards indiscrets de peur que son activité ne vienne profiter à quelques mauvaises langues. Elle tolérait aussi, sans aucun doute, que son fils prenne un peu de sa teinture qu’elle préparait pour colorer les fils de laine nécessaires à ses tapis.

- Les études actuelles portent-elles un autre regard sur cet artiste?

- A vrai dire je ne suis pas plus avancé que toi, mais je vais risquer quand même une explication. A l’introduction de la revue souffle n°7&8, Abdellatif Laâbi a écrit ceci au paragraphe sur “L’Idéologie coloniale et l’Art marocain” :....les études qu’on considère aujourd’hui comme magistrales et comme matière de base ont été surtout descriptives rarement interprétatives ou exhaustives…(...)...Dans les rares synthèses réalisées, seuls les aspects historiques et sociaux sont relativement étudiés en détail, les aspects symboliques , plastiques ou visuels furent très peu explicités” Il ajoute ensuite que c’est pour cela que la bibliographie de l’art marocain se compose surtout de catalogues et de recueils inventoriels. Par ailleurs, dans la même revue, Belkahia, Chebaa et Melehi n’y sont pas allés d’une main morte dans leurs débats au sujet de l’art naïf. Consulte ces textes, ils sont disponibles à la Bibliothèque Numérique Nationale(*). Je dois toutefois préciser un point important. Dans la forme le style de Mly Ahmed paraît comme étant naïf, je te l’accorde mais dans le fond il ne l’est pas du tout, alors vraiment pas du tout. Pour te conforter dans ce que j’avance et cela est ma propre conviction, l’inspiration de Mly Ahmed n’est pas de source populaire, elle vient du fonds de son vécu. Dans ses tableaux les questions sont nombreuses et balaient des thèmes aussi vaste que la spiritualité, le religieux, la tolérance, l’autorité, le mystère, l’identité et l’homme face au monde.

- Je me demande de quelle blessure il est le récipiendaire qui l’a poussé ainsi à réaliser un art thérapie. Il n'y a pas suffisamment d’écrits sur l’art à ce sujet, mais cela reste quand même un patrimoine national qu’il est nécessaire de revivifier et cela incombe à tout un chacun aussi bien public que privé!!

- Khalil M’rabet, dans son livre “Peinture & Identité”(*), à la page 51 a rendu un témoignage émouvant à Mly Ahmed Drissi.

- Crois-tu que Mly Ahmed pourrais me dire par exemple pourquoi ses équidés sont souvent étirés, sous les djellabas y a t il eu toujours des hommes ou quelquefois des djinn?

- Bon, trêve de plaisanterie, vas-y avant qu’il parte et fais moi un retour. Au revoir. ……..Salaud!

 

 

(*) cet astérisque signale les anachronismes introduits dans le texte.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

A
un éditeur de Rabat, Marsam Editions, a publié en 2015 un livre sur ce peintre i,ntitulé Moulay Ahmed Drissi, l'invention d'une modernité picturale.
Répondre
S
Oui effectivement, c'est une collection dirigée par Farid Zahi. Les écrits de Farid Zahi et sur l’art en général m’intéressent beaucoup, malheureusement ce n'est pas facile d’en trouver même en cherchant sur le Web!!<br /> Merci pour ton messae à plus

Texte Libre



Ces écrits sont nés d'un besoin pressant d'aller vers l'autre, de fondre dans un creuset qu'est ce support des éléments épars exprimant une certaine singularité.

Mais l'homme a vite fait de montrer sa joie une fois il est dans la lumière alors que les vrais auteurs, sans qu'il ne s'en aperçoive, sont dans l'ombre.

Ces écrits ne sont donc que l'expression harmonieuse d'innombrables acteurs proches ou lointains qui ont peuplé mon esprit et qui maintenant revendiquent la liberté à leurs créations.

Je passe mes journées à mutiler mes cigares à décapiter leurs têtes à allumer leurs pieds à déguster leurs tripes, mais l'écriture n'est-elle pas une vertueuse souffrance qui s'ingénue avec bonheur à vous faire oublier votre égo à décliner le constat social et à créer en vous le désir de dissimilitude?

Notre société a circoncis les hommes dans leurs corps, le fera-t-elle pour le prépuce de leurs coeurs et de leurs ambitions?

La vitole bleue dédie ses thèmes à la ville de Tanger, ma terre ma nourricière, au cigare ce plaisir perle des dieux fait par les mains des hommes, et enfin à mes écrits vérités sur mes parures qui donneront je l'espère suffisamment de plaisir aux lecteurs.
.....................................................................................................................

Recherche

Peut-être un jour

Qui c'est celui là?
Mais qu'est-ce qu'il veut?
Tanger 2010
 

Comment se fait-il qu’un homme quinquagénaire simple et ordinaire, père de deux enfants et œuvrant dans le secteur bancaire tombe, sans suffisance aucune, dans le chaudron d’Epicure ?

A vrai dire j’essaie de ressembler à ma mémoire, c’est une conteuse passionnée, qui m’a tatoué le cœur par le premier clapé de sa langue sur le palais pour me raconter le plaisir du cigare, et la première lueur blanche de Tanger sans laquelle tous mes devoirs envers mes plaisirs ne seraient qu'un amour futile.  

 

 
Porsche 911 carrera 4
Porsche 356 1500 S Speedster (1955)
Porsche 356 1300 coupé 1951
Porsche 356 A 1500 GT Carrera 1958
Porsche 356 châssis 356.001
Porsche Carrera 911



 
 

  

 

des mots en image

D'hércule et d'héraclès
Blanche est ma ville
Brun est mon humidor

Articles Récents