Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 septembre 2021 5 10 /09 /septembre /2021 09:06

Ballon Rouge - Paul Klee

La musique commença comme un ressac de mer sur les rochers, l’éclat majestueux des timbales propulsé par le souffle des cors donna à l’entrée la hauteur au mouvement, suivi d’une rafale de frottement des archers sur les cordes des violons, une gestation vive courte et impétueuse sans demi teinte sans concession. La gravité de l’alto, dans une proportion égale, empoigna d’une main de fer l’ambiance du salon, une formation à l’image de ce spectacle saisissant et harmonieux des oiseaux migrateurs dessinant dans le ciel une tâche noir nuit puis d’un mouvement brusque agencé depuis le commencement des temps se séparent s’éloignent les uns des autres et par un étonnant et ineffable appel la chorégraphie ailée se reforme, se ramasse trempe une nouvelle fois ses rémiges dans un encrier ouvré en des âges reculés et continue sa gestation artistique. Toutes ces mesures dans leurs beautés, étaient maintenant verrouillées dans le corps de Mikaël qui s’attachait par une soif épidermique à en boire le philtre, à oublier ses désillusions.

Nécessaire est-il de préciser que Mikaël n’est pas un mollusque ni un crustacé, n’a pas la chair en dessous des os mais bien à l’air libre couverte par quatre mètre carré de peau tourmentée?!! C’est un vrai sismographe carné, suffit d’un friselis d’émotion pour se mettre à la  recherche d’un abri. L’œuvre de Brahms culminait à présent à son paroxysme, Mikaël attendait encore l’entré de son soliste préféré, le pianiste, son annonce était toujours faite par les instruments les plus perfides qu’il n’a jamais aimé: les bois. Souffler dans un bois c’est comme se blesser au pied, vous perdez l’équilibre, vous descendez le versant de la montagne, jadis conquise, comme un tibétain qui se prend les jambes dans sa parure ocre.

Mikaël était aussi en quelque sorte un soliste dans sa vie, il veut jouer à sa manière sa partition, ne pas obéir à celle des autres en les laissant toucher aveuglément aux cordes de son existence, se faire gentiment prendre par la main pour rendre ses journées insipides. Non, ce simulacre ne peut que l’enfoncer encore un peu plus dans cette toile tissée par la culpabilité et la peur. Par quel bout de chemin va-t-il sortir un jour quand à chaque fois il doit ravaler sa pensée, se nier à soi-même pour faire plaisir aux autres et offrir en guise d’assentiment ce rire cynique qui ravage son cœur. Il se sent tellement égaré dans ses jours qu’il n’arrive même plus à savoir ce qu’il veut. Devrait-il continuer à réprimer son véritable moi et passer son temps à se faufiler, raser les murs, errer comme un aliéné  dans toutes les directions à la recherche d’une sortie heureuse ou faut-il accepter définitivement son désespoir de n’être finalement qu’un crétin à la merci des autres…How many roads must a man walk down…chantait Bob Dylan.

le tempo moins pulsé intéressa Mikaël et intimait à l’orchestre à seconder maintenant le soliste qui, de toute sa hauteur et de ses poignées légères, les doigts voûtés sur le clavier suspendus en l’air comme un rapace qui se prépare à fondre sur sa proie lança une fusée d’arpèges entraînant  d’un seul coup  plus de trois cent pièces en bois d’ébène transformant leurs matérialités en essence spirituelle.

Ce jeu d’harmonie délia petit à petit l’entremêlement des pensées de Mikaël et le sédiment épais et inconscient  dans lequel il se sentait empêtré se transforma  soudain en cristal de roche translucide et lumineux. Une forme d’euphorie quasi inespérée, rare, se propagea tout le long de son corps enrobé d’une liberté  étrange qu’il n’a jamais connu, regarda ses mains comme s’il les voyait pour la première fois, toucha son visage pour s’assurer de lui-même puis, par une imagination résurgente, poussa les portes de son esprit et fila à rebours dans le temps pour voir le déroulé de la journée. Il y était à chaque instant, était-ce moi se dit-il?

Pendant longtemps Mikaël a passé ses jours comme un passager de bus faisant le trajet debout  accroché aux poignées luttant contre la force d’inertie sans jamais  pouvoir descendre au terminus, garrotter par les sangles à son vécu, payant le même tribut, martelé par les mêmes questions, forcé de donner les même réponses, jusqu’à quand demeurera-t-il mêlé à ces ornières, il n’avait pourtant ni excuses pour y rester ni de courage pour en sortir, ébahi comme un arbre millénaire devant les événements de la vie et maintenant ce sentiment douloureux d’être pris dans les serres a subitement disparue, cette complétude si longtemps recherchée lui procurant la sensation d’être achevé ne manquant de rien, le déchargeait de toute nécessité à prouver à lui-même l’impératif et nécessaire sentiment d’utilité, et que sentir sa présence, côtoyer sa propre odeur, être ami avec lui-même sans forcément faire quelque chose devint une évidence. Lui dont l’esprit était toujours actif à s’employer à faire quelque chose pour éviter de s’approcher des margelles de l’abîme, voilà maintenant qu’un charme habillé en paresse délicieuse venait bercer ses pensées, le manœuvrait paisiblement pour que les voiles de cette mystérieuse flânerie se présentent le mieux possible au vent qui l’emportait, le poussait vers des perceptions inconnus. Cette légèreté pourtant lui était étrangère le désarmait et l’éloignait de ce qu’il qualifiait auparavant de certitude ou du moins pour ce qu’il en prenait pour cela. Mais pourquoi chercher à être utile se dit-il ! L’utilité quand elle est bonne pour autrui sans apporter un avantage spirituel et sensible à soi-même est quelque chose de méprisable ! Ah mon Dieu, faites à ce que jamais je n’aurais à mélanger brosse à dents et amitié !!!

Tandis que son calme affaissait tout son être sur l’assise du fauteuil, son regard nouveau et serein, guidé par une lenteur séculaire, entreprit à parcourir son espace. Une réserve de douceur venait de chaque coin de la maison se déposer dans le massif de son cœur, tendresse presque maternelle, ardeur calme pleine de promesse mue par un frémissement secret d’une main ciselée d’arabesque, de poème en henné qui démasqua soudain tout son poids, devint léger comme les regards azurées et, par le même élan attentionné, ne manqua pas d’admirer son tableau fétiche, Ballon Rouge de Paul Klee. Une peinture à la fois chaude et énigmatique où la couleur rime avec confession. Ce sont les traces de ce peintre poète, son admiration pour cet art à la fois abstrait et expressionniste  qui lui a inoculé ce courage désobéissant pour créer son propre monde. Cette œuvre vivante pour elle même faisant fi de toutes les perspectives, réveillant la foi mieux que toute religion, associant cube cylindres et cônes n’ouvrant son cœur qu’au plus téméraire des amants.

(A suivre épisode VIII) 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Texte Libre



Ces écrits sont nés d'un besoin pressant d'aller vers l'autre, de fondre dans un creuset qu'est ce support des éléments épars exprimant une certaine singularité.

Mais l'homme a vite fait de montrer sa joie une fois il est dans la lumière alors que les vrais auteurs, sans qu'il ne s'en aperçoive, sont dans l'ombre.

Ces écrits ne sont donc que l'expression harmonieuse d'innombrables acteurs proches ou lointains qui ont peuplé mon esprit et qui maintenant revendiquent la liberté à leurs créations.

Je passe mes journées à mutiler mes cigares à décapiter leurs têtes à allumer leurs pieds à déguster leurs tripes, mais l'écriture n'est-elle pas une vertueuse souffrance qui s'ingénue avec bonheur à vous faire oublier votre égo à décliner le constat social et à créer en vous le désir de dissimilitude?

Notre société a circoncis les hommes dans leurs corps, le fera-t-elle pour le prépuce de leurs coeurs et de leurs ambitions?

La vitole bleue dédie ses thèmes à la ville de Tanger, ma terre ma nourricière, au cigare ce plaisir perle des dieux fait par les mains des hommes, et enfin à mes écrits vérités sur mes parures qui donneront je l'espère suffisamment de plaisir aux lecteurs.
.....................................................................................................................

Recherche

Peut-être un jour

Qui c'est celui là?
Mais qu'est-ce qu'il veut?
Tanger 2010
 

Comment se fait-il qu’un homme quinquagénaire simple et ordinaire, père de deux enfants et œuvrant dans le secteur bancaire tombe, sans suffisance aucune, dans le chaudron d’Epicure ?

A vrai dire j’essaie de ressembler à ma mémoire, c’est une conteuse passionnée, qui m’a tatoué le cœur par le premier clapé de sa langue sur le palais pour me raconter le plaisir du cigare, et la première lueur blanche de Tanger sans laquelle tous mes devoirs envers mes plaisirs ne seraient qu'un amour futile.  

 

 
Porsche 911 carrera 4
Porsche 356 1500 S Speedster (1955)
Porsche 356 1300 coupé 1951
Porsche 356 A 1500 GT Carrera 1958
Porsche 356 châssis 356.001
Porsche Carrera 911



 
 

  

 

des mots en image

D'hércule et d'héraclès
Blanche est ma ville
Brun est mon humidor

Articles Récents