Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 septembre 2021 3 01 /09 /septembre /2021 19:01

                                                                  L’Ocre (ocre et rouge sur rouge) 1954

 

 

L’œuvre de Mark Rothko vous fait face.

C’est un tableau en quelque sorte totalitaire.

La première couche de peinture presque invisible est rouge, rouge éclatant, sans faille ni hésitation, une mécanique sans âme,

Elle est comme cachée par une couleur ocre, brumeuse,  cette fois la main est indécise, humaine,

N’y chercher rien, pas de symbole  image ou figure qui pourrait vous rassurer,

Il n’y a rien c’est comme un cercle sous forme d’un carré, aucun point ne vous abritera,

C’est une œuvre déroutante, vous n’avez pas le temps d’installer quelque habitude, vos habitudes de regarder un tableau ou bien cela peut-être ne vous est-il pas permis,

Pas de compromis entre le spectateur et cette peinture, c’est tout ou rien,

L’artiste n’est pas sommé d’expliquer ou de faire comprendre,

C’est au spectateur de s’adapter s’il se donne le temps,

C’est un éclat de feu et d'épiderme soit on regarde, soit on part,

Si le tableau vous parait inaccessible partez je vous prie,

Si l’œuvre, pour vous, ne présente pas tous les aspects pour aimer une création alors partez je vous prie ne rester pas là,

Cette peinture selon vous est abstraite, son rendu est nul car il n’y a aucun élément figuratif quelque signe auquel vous pouvez vous accrocher,

Ce qui est possible c’est de patienter d’entrer en contact avec ce tableau, si l’échange s’établit sous forme de dérangement, de déstabilisation alors vous êtes sur la bonne voie, l’œuvre ne peut être accessible que par approfondissement successif disait Kandinsky.

Regarder un tableau est une expérience intérieure qui vous appartient à vous et à personne d’autre, ce n’est pas une méthode mais un sentiment intérieur, difficile à transmettre c’est pour cela qu’il est à vous et à personne d’autre.

Si par contre rien ne s’imprime en vous c’est le signe qu’il vous reste des choses à accomplir : vous défaire de la jouissance immédiate, de l’éphémère, de votre attachement aux apparats de la vérité,

Cherchez-vous peut-être un petit manuel accroché aux bordures du tableau à consulter pour comprendre,

L’artiste n’y est pas forcé, il a changé, bouleverser la façon de communiquer d’un artiste,

C’est lui qui choisi ses spectateurs,

Sachez que l’auteur met en cause votre regard, votre conscience esthétique commune,

Vous voulez imposer à l’artiste vos valeurs esthétiques qui ne sont que le produit de la morale grossière et banale,

Il y a décadence du regard pas celui de l’art.

 

Partager cet article
Repost0
Published by Siglo - dans Art Contemporain

Texte Libre



Ces écrits sont nés d'un besoin pressant d'aller vers l'autre, de fondre dans un creuset qu'est ce support des éléments épars exprimant une certaine singularité.

Mais l'homme a vite fait de montrer sa joie une fois il est dans la lumière alors que les vrais auteurs, sans qu'il ne s'en aperçoive, sont dans l'ombre.

Ces écrits ne sont donc que l'expression harmonieuse d'innombrables acteurs proches ou lointains qui ont peuplé mon esprit et qui maintenant revendiquent la liberté à leurs créations.

Je passe mes journées à mutiler mes cigares à décapiter leurs têtes à allumer leurs pieds à déguster leurs tripes, mais l'écriture n'est-elle pas une vertueuse souffrance qui s'ingénue avec bonheur à vous faire oublier votre égo à décliner le constat social et à créer en vous le désir de dissimilitude?

Notre société a circoncis les hommes dans leurs corps, le fera-t-elle pour le prépuce de leurs coeurs et de leurs ambitions?

La vitole bleue dédie ses thèmes à la ville de Tanger, ma terre ma nourricière, au cigare ce plaisir perle des dieux fait par les mains des hommes, et enfin à mes écrits vérités sur mes parures qui donneront je l'espère suffisamment de plaisir aux lecteurs.
.....................................................................................................................

Recherche

Peut-être un jour

Qui c'est celui là?
Mais qu'est-ce qu'il veut?
Tanger 2010
 

Comment se fait-il qu’un homme quinquagénaire simple et ordinaire, père de deux enfants et œuvrant dans le secteur bancaire tombe, sans suffisance aucune, dans le chaudron d’Epicure ?

A vrai dire j’essaie de ressembler à ma mémoire, c’est une conteuse passionnée, qui m’a tatoué le cœur par le premier clapé de sa langue sur le palais pour me raconter le plaisir du cigare, et la première lueur blanche de Tanger sans laquelle tous mes devoirs envers mes plaisirs ne seraient qu'un amour futile.  

 

 
Porsche 911 carrera 4
Porsche 356 1500 S Speedster (1955)
Porsche 356 1300 coupé 1951
Porsche 356 A 1500 GT Carrera 1958
Porsche 356 châssis 356.001
Porsche Carrera 911



 
 

  

 

des mots en image

D'hércule et d'héraclès
Blanche est ma ville
Brun est mon humidor

Articles Récents