Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 octobre 2021 1 11 /10 /octobre /2021 08:31

Félix Vallotton - 1900

J’aime beaucoup la peinture du genre celle qui prend pour objet, dans le sillage du pinceau, les scènes de la vie quotidienne.

Car en dehors de l’ordinaire que nous reste-t-il ?

Il est vrai que le coutumier, l’habituel, le familier nous rassure en quelque sorte. Avoir des habitudes c’est bien, ca vient tout seul par soi-même, il n’y a pas d’effort à déployer.

Nous sommes là donc à rabouter les instants bout à bout, tissant ce fil trivial composé de portion pensable qui nous sépare, nous protège de l’abîme, nous éloignent des margelles de la folie.

Mais sommes-nous que cela!?

Chaque jour que l’Univers fait, les humains dans leur rôle d’alchimiste mal assuré, font de leurs mieux pour transformer le banal, le muer en quelque chose d’inattendu, de pittoresque et d’émouvant.

Parviendraient-ils ?

Donc je regarde ce tableau et je sens monter en moi d’abord une forme d’angoisse. Ce placard grand par ses pans, ouvert à l’image des flans d’une bête sauvage, abrite sur ses étagères qui sommeillent dans un fond noir, inconscient, un ensemble de linge de pièces de tissu employées aux besoins du ménage. Il n’y a presque que cela, des tissus blanc traversés en bordure par une bandelette rouge.

Le tout dessine et peint la tyrannie des jours, ce rituel épuisant qui se manifeste ainsi sur la tête de la maitresse de maison.

Maintenant qu’elle s’est acquittée de toutes ses charges elle a besoin d’être seule, de lâcher prise, de se recueillir pour conjurer l’insignifiante médiocrité des heures, c’est alors qu’elle est devenue forte !

Elle a prie sa lampe à pétrole (nous sommes en 1900), s’est diriger vers la bête a ouvert ses flans et s’est agenouiller en s’appuyant sur sa main gauche comme sur un prie-Dieu.

Dans un fond bleu apaisant, un bleu muet et accueillant où toute pensée se dissout et devient muette, elle cherche dans la diversité de sa mémoire, dans des boîtier petits et grands, les réponses à ses questions, aère par ses souhait d’un lendemain meilleur les souvenirs entassés puis, tel le feu échappant de la lampe, rallume le foyer de son cœur, rêve et désire partir. C’est ainsi que les bandelettes rouges du linge se transforment en voiles de voiliers représentés sur l’abat-jour et le fond bleu du placard en lagune ou en méditerranée.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Belle peinture avec commentaires sérieux et colorés
Répondre

Texte Libre



Ces écrits sont nés d'un besoin pressant d'aller vers l'autre, de fondre dans un creuset qu'est ce support des éléments épars exprimant une certaine singularité.

Mais l'homme a vite fait de montrer sa joie une fois il est dans la lumière alors que les vrais auteurs, sans qu'il ne s'en aperçoive, sont dans l'ombre.

Ces écrits ne sont donc que l'expression harmonieuse d'innombrables acteurs proches ou lointains qui ont peuplé mon esprit et qui maintenant revendiquent la liberté à leurs créations.

Je passe mes journées à mutiler mes cigares à décapiter leurs têtes à allumer leurs pieds à déguster leurs tripes, mais l'écriture n'est-elle pas une vertueuse souffrance qui s'ingénue avec bonheur à vous faire oublier votre égo à décliner le constat social et à créer en vous le désir de dissimilitude?

Notre société a circoncis les hommes dans leurs corps, le fera-t-elle pour le prépuce de leurs coeurs et de leurs ambitions?

La vitole bleue dédie ses thèmes à la ville de Tanger, ma terre ma nourricière, au cigare ce plaisir perle des dieux fait par les mains des hommes, et enfin à mes écrits vérités sur mes parures qui donneront je l'espère suffisamment de plaisir aux lecteurs.
.....................................................................................................................

Recherche

Peut-être un jour

Qui c'est celui là?
Mais qu'est-ce qu'il veut?
Tanger 2010
 

Comment se fait-il qu’un homme quinquagénaire simple et ordinaire, père de deux enfants et œuvrant dans le secteur bancaire tombe, sans suffisance aucune, dans le chaudron d’Epicure ?

A vrai dire j’essaie de ressembler à ma mémoire, c’est une conteuse passionnée, qui m’a tatoué le cœur par le premier clapé de sa langue sur le palais pour me raconter le plaisir du cigare, et la première lueur blanche de Tanger sans laquelle tous mes devoirs envers mes plaisirs ne seraient qu'un amour futile.  

 

 
Porsche 911 carrera 4
Porsche 356 1500 S Speedster (1955)
Porsche 356 1300 coupé 1951
Porsche 356 A 1500 GT Carrera 1958
Porsche 356 châssis 356.001
Porsche Carrera 911



 
 

  

 

des mots en image

D'hércule et d'héraclès
Blanche est ma ville
Brun est mon humidor

Articles Récents