Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juin 2022 1 13 /06 /juin /2022 10:00

 

La vie est un moment vrai, je l’attends, parfois il m’arrive de vivre son instant,

Mais il m’arrive aussi d’oublier,

Alors l’existence enfonce sa vérité molle, son épiderme désoeuvré, sa sieste lasse et tardive, son diapré en trompe l’oeil, ses nuages gras, son soleil adipeux, son sourire carnassier, 

La vie qui est en moi, parfois il m’arrive de croire qu’elle est en dehors!

Je commence ma journée en talonnant les mots sur les vastes plaines où parfois j'entends le séminaire de l’herbe prêter sa voix à l’air afin de fourvoyer l’inexpugnable hypocrisie,

Les mots se cachent derrière un talus rocheux, je les observent de loin, le réticule de ma plume épis, ils me surveillent, prennent garde à ma gloriole, paissent dans mes vapeurs éthyliques ou les alluvions sauvages, je languis de les voir sur une clairière forestière frappés par un silex solaire, j’adorerais les surprendre et les sertir de ma licol,

le mot n’est pas la chose mais en chaque chose il y a des mots,

Ce que dit la bouche, la main ne sait pas l'écrire. 

Si rien ne vient m'enrichir aujourd’hui, il me restera un peu d’hier, paroles de fourmi,

Pensées en désuétude, masse humaine hésitante, indécise, un monde Kitsch, figure larvaire du Beau séduit par le laid, l’inachevé, et le rire blessé, monde séducteur, solipsiste aux labiles certitudes, opulence hédoniste, essor psychologiste au destin solitaire pendu aux lustres du bas masquant la vivacité du haut, du mieux et de l’intense, naissance du peuple psy, monde du spectacle, de la réification du désir, de la chosification de l’homme et de la femme, spiritualiste à la dérive, solitude et foule solitaire,singularité, individualité, dévoiement des genres, Post-modernité, Post-contemporanité, désenclavement, diversifications, transparence, ouverture, réplétion des corps, pléthore des choix, mass-média pour les adorateurs du Plein, pour les abhorrateur du Vide, âmes désechées, dépeuplées, prima de la futilité, sens et non sens s’harmonisent, les hommes moisissent sans culpabilité, les temps célèbres la vie sans but, de travers, et sans direction. Mon Dieu, les mangeurs de pain sont en perdition!!!

Pourquoi perdre le temps à choisir les mots,

Laisse toi emporter par le flot des limons féroces, extatiques, parle aux pierres indociles qui roucoulent sur les rivages, aux crabes géomanciens qui dessinent sur les sables, 

Ah mon dieu! Un mot caméléon s’est assis à côté de moi!! va-t-en, va-t-en!!

Spartiates mouettes, battus par les vents, rieuses nuptialité volant en saint-esprit, déployant ses plumes au-dessus des effluves de menthe et de thé,

La nuit est-elle l’espoir du jour?

Les dionysiaques brûlent-ils à l’aube le verre à la main? 

A ce vent inondé par ma verve hâlée,

A ces moments assignés par l'aporie,

A ces pluriels heurt des idées

Partager cet article
Repost0

commentaires

Texte Libre



Ces écrits sont nés d'un besoin pressant d'aller vers l'autre, de fondre dans un creuset qu'est ce support des éléments épars exprimant une certaine singularité.

Mais l'homme a vite fait de montrer sa joie une fois il est dans la lumière alors que les vrais auteurs, sans qu'il ne s'en aperçoive, sont dans l'ombre.

Ces écrits ne sont donc que l'expression harmonieuse d'innombrables acteurs proches ou lointains qui ont peuplé mon esprit et qui maintenant revendiquent la liberté à leurs créations.

Je passe mes journées à mutiler mes cigares à décapiter leurs têtes à allumer leurs pieds à déguster leurs tripes, mais l'écriture n'est-elle pas une vertueuse souffrance qui s'ingénue avec bonheur à vous faire oublier votre égo à décliner le constat social et à créer en vous le désir de dissimilitude?

Notre société a circoncis les hommes dans leurs corps, le fera-t-elle pour le prépuce de leurs coeurs et de leurs ambitions?

La vitole bleue dédie ses thèmes à la ville de Tanger, ma terre ma nourricière, au cigare ce plaisir perle des dieux fait par les mains des hommes, et enfin à mes écrits vérités sur mes parures qui donneront je l'espère suffisamment de plaisir aux lecteurs.
.....................................................................................................................

Recherche

Peut-être un jour

Qui c'est celui là?
Mais qu'est-ce qu'il veut?
Tanger 2010
 

Comment se fait-il qu’un homme quinquagénaire simple et ordinaire, père de deux enfants et œuvrant dans le secteur bancaire tombe, sans suffisance aucune, dans le chaudron d’Epicure ?

A vrai dire j’essaie de ressembler à ma mémoire, c’est une conteuse passionnée, qui m’a tatoué le cœur par le premier clapé de sa langue sur le palais pour me raconter le plaisir du cigare, et la première lueur blanche de Tanger sans laquelle tous mes devoirs envers mes plaisirs ne seraient qu'un amour futile.  

 

 
Porsche 911 carrera 4
Porsche 356 1500 S Speedster (1955)
Porsche 356 1300 coupé 1951
Porsche 356 A 1500 GT Carrera 1958
Porsche 356 châssis 356.001
Porsche Carrera 911



 
 

  

 

des mots en image

D'hércule et d'héraclès
Blanche est ma ville
Brun est mon humidor

Articles Récents