Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 juin 2022 3 29 /06 /juin /2022 11:00

 

 

La présence est-ce vouloir dire se rendre présent?

La présence est-ce une évolution vers quelque que chose de nouveau, une démarche à suivre animée par une action sous-jacente, le fruit d'une évolution?

La présence est-ce la fusion de ce qui se réalise en nous et par nous?

La présence est, à mon avis, la disparition totale de toute distance qui sépare l'être de lui-même, ou de nous à nous-même.

La présence est inépuisable, ne s'affaiblit pas à proportion que notre travail s'accomplisse qu'il soit individuel ou collectif, ni se dénature ou se dégrade. Un exercice, une opération, un effort, par contre prend fin à mesure que la tâche se consume et le but s'accomplit.

La présence n'est pas non plus un accesoire, une épithète ou une quelconque particularité de l'être. L'être et l'acte sont la même chose. Je pourrai encore imager cela en disant par exemple bien que l'artisanat soit une singularité de l'art, sa finitude établie par l'objet artisanal, l'art demeure néanmoins. Quand même bien l'acte commence et prend fin, la présence demeure.

La présence est un jaillissement qui prend forme ou se dévoile à travers tous les actes qu'on réalise. Ne rien faire est aussi un acte. Ainsi que je l’ai souligné à plusieurs reprises, ”faire quelque que chose” est l’action la plus hideuse, la plus atroce et dégueulasse qui soit!!

La présence n'est pas une expérience. La présence n'est pas un état. Car ce n'est pas le fait d'éprouver quelque chose dans certaine conditions et pas dans d'autres.

Si je puis donner un exemple: la présence s'est manisfesté en moi par des secousses, une sensation de vertige, des mouvements me ballotent à tribord puis à bâbord, je viens d'apprendre que la terre n'est pas plate mais ronde et cela heureusement n'affectera pas ma navigation, je commençe alors à apprendre comment tenir la barre. L'angoisse de l'existence disparait, je ne suis plus attelé aux événements du monde, je les prends comme ils viennent, en moi ils surviennent, en eux je me réalise, me renouvelle et m'actualise. Ils me parlent, je les écoutent beaucoup plus qu'avant. Toute application ou attention pour les commander s'évanoui,la culpabilité ne me ronge plus car il n'ya plus de différence entre celui qui agit, fait et celui qui est.

Pourtant, ce qu'il y a de beau dans la présence c'est sa fragilité. Cela n'est pas le cas pour les objets, plus ils sont fonctionnels, utiles et moins ils peuvent se dérober à notre regard, leurs présence est immédiate éclatante, d'une clareté si évidente qu'elle blesse le regard et rend indifférent. Seul un artiste pourrait peut-être les abstraire de cette fonction initiale d'instrument, d'utilité, de serviabilité en les habillant de mystère, leurs souffler une âme pour leurs faire recouvrer une sorte de fragilité.

Quand nous quittons notre sphère privé et nous apprêttons à nous associer aux parties communes de la société, nous ne pouvons plus alors nous soustraire au regard de la communauté des hommes et devenons malgré nous visibles, partageons ainsi le statut des objets sans pouvoir nous refuser aux regards des autres. Nous devenons atteignables par tout les moyens techno-spatio-temporel (GSM, GPS, Caméra....), pourtant seul le désir de me connaître pourrait me rendre présent à l'autre, car c'est à partir de là que le mystère de ce que je suis commence. Je dois préciser toutefois que mon sujet est élaboré autour de la présence à soi et ceci n'enlève en rien l'importance que revêt la présence de l'autre à moi ou de moi à autrui.

Cela dit, je dois insister sur le fait que compte tenu de notre contingence, la présence ne peut jamais être, à l'image des objet, pleine, évidente et absolue, elle surgit de nous jaillit et ravit comme une eau vive sort de la terre continûment.

 

 

Partager cet article
Repost0
27 juin 2022 1 27 /06 /juin /2022 12:00

 

 

Au sommet de l’Afrique, Tanger se repose. Et moi, assis au pied de sa nécropole, je regarde la mer, ce géant bleu qui donne de l’espoir aux uns et se referme sur les autres.

Au loin, j’entends le ronronnement d’un petit bateau de pêche qui s’éloigne vers le large. La moisson du vent, emplie de sel et de l’odeur des algues, détend mon corps. Les cris des mouettes rieuses qui volent en saint-esprit colorant le ciel bleu de leur blancheur nuptiale ainsi que les cornes de brume des bateaux qui rentrent au port, finissent par alourdir mes paupières et rappeler mon regard perdu entre les cimes ibériques et le rocher de Gibraltar.

Au boulevard Pasteur les passereaux vont bientôt chanter l’automne et se détacheront des arbres pour aller danser ensemble dans le ciel puis, comme une poignée de graines jetée à la volée dans un champ de blé, ils se sépareront. Bientôt ils migreront vers des contrées tempérées de l’Afrique. Ils reviendront au printemps. Je les attendrai.

Demain j’irai à la montagne pour voir les eucalyptus chanter de leur hauteurs le vent d’est. De ces arbres, originaires de l’Océanie et de la Tasmanie, altiers et cendrés comme mes cigares, naîtra de leurs fleurs, entre Juin et Septembre, le fruit de l’Eucalyptus: une touffe plumeuse de couleur soleil, d’arômes camphrés et citronnés. Je l’attendrai.

A mon retour, je regarderai la terre, m’agenouillerai puis de ma paume de la main je la caresserai car elle a déjà accueilli des êtres chers trépassés. C’est ici que je les rejoindrai. Mais pas encore.

Pourtant un regard me manquait! Je voulais voir ne serait-ce qu’une seule fois cette coiffe, ces cheveux peignés à la belle époque de Rachel!! Elle avait soudainement disparue alors que je voulais encore lui parler, l’écouter raconter ses noces avec la ville de Tanger.

Mais avec ses yeux espiègles, sa modestie ineffable, marchant à la lisière du bleu d'Héraclès, exaltant les embruns azurés par son silence et son sourire je l’entendis me susurrer:

Promet-moi Imad, fils de Abdelhamid Ben L’hachmi Ben Med, que tu porteras jusqu’à ta sépulture les couleurs de ma ville, le vert des minarets, le rouge Sefer de mes aïeux et la blancheur de l’hostie”

Je te le promets!

 

 

Partager cet article
Repost0
16 juin 2022 4 16 /06 /juin /2022 11:00

 

 

Ce qui Est ne peut jamais être défié ou mis en échec par quoi que ce soit. Etre en paix avec soi-même c'est savoir que cela ne peut être autrement qu'il n'est tel que c'est maintenant. Nous devons accepter cela mais sans nous résigner, car nous sommes des êtres intelligent et sensible à la fois, échapper à notre compassion et affectivité serais un mensonge. Est-ce possible de vivre avec un mensonge? Non. Car si la Vie Est alors l'artifice n'est pas. C'est tout!

Il est possible de ne pas reconnaître maintenant ou un peu plus tard ce qui Est, ce que la Vie Est, ce que la Vérité Est, toutefois il nous sera impossible à jamais de changer ce qui Est, la Vie et la Vérité. La Vie est en nous que nous le voulions ou pas.

Devons-nous retourner aux bancs de nos chères écoles pour apprendre ce qu'est la Vérité? Est-ce une pratique, le fruit d'une dialectique?

Avons-nous besoin de défendre ce que nous sommes? Ce qui Est, la Vie, la Vérité n'a pas besoin d'être protégé, défendu sinon elle serait une simple illusion et sans fondement.

Nous avons besoin de désapprendre, de renverser et de mettre à l'endroit notre manière de penser.

Soyez les récipiendaires de ma paix.

 

Partager cet article
Repost0
13 juin 2022 1 13 /06 /juin /2022 10:00

 

La vie est un moment vrai, je l’attends, parfois il m’arrive de vivre son instant,

Mais il m’arrive aussi d’oublier,

Alors l’existence enfonce sa vérité molle, son épiderme désoeuvré, sa sieste lasse et tardive, son diapré en trompe l’oeil, ses nuages gras, son soleil adipeux, son sourire carnassier, 

La vie qui est en moi, parfois il m’arrive de croire qu’elle est en dehors!

Je commence ma journée en talonnant les mots sur les vastes plaines où parfois j'entends le séminaire de l’herbe prêter sa voix à l’air afin de fourvoyer l’inexpugnable hypocrisie,

Les mots se cachent derrière un talus rocheux, je les observent de loin, le réticule de ma plume épis, ils me surveillent, prennent garde à ma gloriole, paissent dans mes vapeurs éthyliques ou les alluvions sauvages, je languis de les voir sur une clairière forestière frappés par un silex solaire, j’adorerais les surprendre et les sertir de ma licol,

le mot n’est pas la chose mais en chaque chose il y a des mots,

Ce que dit la bouche, la main ne sait pas l'écrire. 

Si rien ne vient m'enrichir aujourd’hui, il me restera un peu d’hier, paroles de fourmi,

Pensées en désuétude, masse humaine hésitante, indécise, un monde Kitsch, figure larvaire du Beau séduit par le laid, l’inachevé, et le rire blessé, monde séducteur, solipsiste aux labiles certitudes, opulence hédoniste, essor psychologiste au destin solitaire pendu aux lustres du bas masquant la vivacité du haut, du mieux et de l’intense, naissance du peuple psy, monde du spectacle, de la réification du désir, de la chosification de l’homme et de la femme, spiritualiste à la dérive, solitude et foule solitaire,singularité, individualité, dévoiement des genres, Post-modernité, Post-contemporanité, désenclavement, diversifications, transparence, ouverture, réplétion des corps, pléthore des choix, mass-média pour les adorateurs du Plein, pour les abhorrateur du Vide, âmes désechées, dépeuplées, prima de la futilité, sens et non sens s’harmonisent, les hommes moisissent sans culpabilité, les temps célèbres la vie sans but, de travers, et sans direction. Mon Dieu, les mangeurs de pain sont en perdition!!!

Pourquoi perdre le temps à choisir les mots,

Laisse toi emporter par le flot des limons féroces, extatiques, parle aux pierres indociles qui roucoulent sur les rivages, aux crabes géomanciens qui dessinent sur les sables, 

Ah mon dieu! Un mot caméléon s’est assis à côté de moi!! va-t-en, va-t-en!!

Spartiates mouettes, battus par les vents, rieuses nuptialité volant en saint-esprit, déployant ses plumes au-dessus des effluves de menthe et de thé,

La nuit est-elle l’espoir du jour?

Les dionysiaques brûlent-ils à l’aube le verre à la main? 

A ce vent inondé par ma verve hâlée,

A ces moments assignés par l'aporie,

A ces pluriels heurt des idées

Partager cet article
Repost0
3 juin 2022 5 03 /06 /juin /2022 10:00

Auberge Ameln, à quatre kilomètres de Tafraout, plantée au flanc des montagnes de l’Anti-Atlas marocain,  un village berbère peuplé de visages charmeurs, de regards apaisants et guérisseurs.

Fasse que nécessité m’y renvoie

 

La nécessité est tout ce qui ne peut être autrement qu’il n’est maintenant, peut-on l’opposer au hasard, au contingent (ce qui peut être ou ne pas être).

La nécessité n’a pas besoin de temps pour se réaliser comme c’est le cas je pense pour le déterminisme et surtout la causalité. Ce qui arrive est de la nécessité des événements à se produire, sans une cause réelle définie ou a-priori, il n’y a pas plus propre et sain que vivre au rythme de la nécessité qui se manifeste par et dans chaque mouvement de ce qui est.

Auparavant je pensais que j’étais dans un confluent de hasard et de contingence dès que je m'éloignais d’une certaine idée de causalité qui m'assurait, pensais-je, un tant soi peu de reproductibilité de codification, une modélisation systématique de l’instant noyée dans l’injonction sociale, l'absolue obéissance à l’ordre moral, baignant dans une certaine forme d’homogénéité, immergé dans la banalité multiple et bien planté dans mon personnage réfractaire prêt à abjurer les énigmes de la Vie, adulant ce qui a trait à la concordance et l’uniformité, m’installant ainsi dans un contenu monotone.

Eh bien non! je me suis découvert adepte de la nécessité mère de toute circonstance qui se développe au fur et à mesure que les choses arrivent avec leur lot de potentialité, de puissance, d’éventualité d’être ou de ne pas être et ne se réalisent que lorsque ces choses sont déposées dans le creuset de ce qui bientôt va devenir, être, sans causalité aucune.

Paradoxalement la nécessité pour moi n’a aucune parenté avec le déterminisme. A cela quoi de mieux que la célèbre formule de Nietzsche “Dans tout hasard il y a une nécessité”

Partager cet article
Repost0
11 mai 2022 3 11 /05 /mai /2022 10:00

                           Nature morte sur toile Saâd Ben Cheffaj 1999

 

Mais avant de me livrer à vous, je dois absolument mettre au clair quelques situations qui, sans un désentortillement précoce, pourraient fâcheusement nous brouiller à l’avenir!

Permettez-moi d’abord d’écrire en français tel que je l’ai appris à l’école ou au collège. Vous avez compris, je ne désire pas noircir cette page moyennant un français plus français que celui des français eux-mêmes, cela  serait de la chirurgie linguistique, je ne m’y connais pas, et de surcroît une perte de temps, une terrible erreur, puis qu’auriez-vous penser de moi si je m'étais vêtu d’un habit qui ne serait pas le mien!. Je suis marocain ayant appris cette langue sur les bancs de l’école publique point à la ligne. D’ailleurs ne vous en faite pas, tous les colons sont partie, personne ne nous jugera s’il nous arrivait, par optimisme, de commettre des erreurs.
 
Alors, je me suis promis de vous dire la vérité, c’est à dire tout vous dire, enfin ce n’est pas kif-kif mais bon. Un ami de longue date m’a cependant ravisé au dernier moment. 

Mais que t'apprêtes-tu à faire!! M’a-t-il dit, c’est facile d’ennuyer les gens, sais-tu! Il suffit de tout leur dire en ne gardant rien pour soi-même. Tu seras étonné de voir alors à quelle vitesse ils chercheront à te fuir ou à changer de trottoir s’ils leur arrivent par malchance  d’être sur le même côté que le tien! Et si tu n’arrives pas à te retenir à ton âge c’est, me semble-t-il, un problème de prostate! Tu dois consulter!

Ce n’est pas une confession publique! Je souhaite seulement m’ouvrir aux autres!

Ecoute, midi est passé! Ton démon ne reviendra plus, mais t’étriper en publique tu sais ce qui va se passer, une fois l’odeur du sang aura frôlée leur narine, de la ripaille voilà ce que tu seras. Alors calmos! 

Et que suggères-tu?

Pour que tu la fermes!?

Non!!! Pour rester en société.

Mais quand est-ce que tu vas te réveiller à la fin! Vivre en société c’est accepter d’être mutualisé, d’exister au sein d’une association de syndicat avec procès-verbaux qui pointent à chaque fois tes origines, c’est à dire le café où tu as tes habitudes, ils n’ont que faire de ta vérité elle est vraiment loin de leurs réalités! Ne viens pas me chercher avec si peu, tu ne seras jamais orwellien! Jamais, tu entends! C’est désespérant de causer avec toi! Il n’y a malheureusement qu’une seule formule, tu dois prendre conseil auprès de Jean-Baptiste Clamence, le juge-pénitent, tu as certainement entendu parler de lui je suppose, il passe toujours par le pont Royal à une heure du matin.

Quoi, le gars du “plouf dans la Seine''!!!

Oui exact!!

Te rends-tu compte de ce que tu me demandes là, d’aller m’instruire auprès d’un homme rongé par la culpabilité! D’ailleurs c’est à Paris, les restrictions sanitaires actuelles ne me permettrons pas de voyager. Je pense par contre que tu es au fait des choses et je te prie de ne pas me laisser dans l’ignorance!!!

Je te rappelle au cas où tu l'aurais oublié que rares sont les arguments valables qui nous innocentent, un florilège en revanche nous rendent coupable. Alors, ne sois pas si sévère envers Jean-Baptiste. Bon soit! J’ai rencontré Clamence, moi aussi comme toi j’avais dans la bouche le goût de la vérité, cette passion qui me brûlait du dedans de mes entrailles, je lui ai fait part de ces sentiments et voilà ce qu’il m’a répondu:”N’hésitez pas: promettez d’être vrai et mentez le mieux possible. Vous répondrez à leur désir profond et leur prouverez doublement votre affection.” 

                           ***************

N’en soyez pas affligés, dans mes écrits je ne vais pas vous mentir, non, en revanche je m’en vais plutôt vous dire la vérité sur mes parures.

Pour ce qui est maintenant de la langue, j’ai saisi un reflet d’intelligence dans certains propos de Kamel Daoud lors d’une conférence il disait à peu près ceci: “Adopte un style de manière à faire oublier au lecteur la langue dans laquelle tu écris!"
Vous ne trouvez pas que c’est génial!

                           ****************

Bon maintenant venons-en à la toile!

Je me demande pourquoi le peintre s’est-il volontairement refusé de nous offrir une perspective qui aurait révélé à mon goût une profondeur narrative, cette distance qui raconte le mystère du temps, son avenir. J’ai besoin personnellement de cette projection, ce fond intérieur, cette échappée m’aurait éloignée pour un temps de la superficialité du moment.

Malaise parce que l'austérité de l’image est flagrante, un inventaire d’objets posés sur un fond noir immature afin de les abstraire de la réalité. Je vous avoue que j’ai beau réfléchir sans arriver à me convaincre toutefois de la volonté lésineuse de l’artiste à nous offrir de meilleures promesses.  C’est une image cruelle qui prive le spectateur d’une certaine forme de poésie, d’histoire

Ce ne serait pas intentionnel par hasard pour éveiller en nous ou de chercher ce qui nous exalte? Peut-être tente-t-il par la mouvance des plis de l’étoffe d’agiter notre regard, de désédimenter les reclus que nous sommes en nous invitant au voyage? Possiblement.

Ah mon dieu, qu’est-ce que je ne donnerais pas pour ressentir une proche présence humaine, cette figurine par exemple, ce corps féminin, qui donnait du volume au drapé, courant en milieu floral et vasques de pierres placés entre les arcades des Ksour à la recherche des branches du citronnier, de ses fleurs blanches pour les déposés de ses mains soyeuses auprès de ces citrons!

Le peintre est-il misanthrope, pourquoi semble-t-il hair tant les Hommes, refuse-t-il de les transporter avec éloquence et magnanimité loin de leur vécu quotidien? Croyez-moi j’ai de quoi l’en accuser.


   

Partager cet article
Repost0
25 avril 2022 1 25 /04 /avril /2022 15:00

Café de Paris, place de France, Tanger


Ma voie dans l'écrit me conduit à Tanger,  ma ville, mais je ne suis pas encore sûr, car parfois j'ai mal quand j'arbore cette parure de citadin domestiqué en arabe musulman, arpentant les rues de la médina les mains balans, le pas muet, le cœur gercé par l'oubli, peinant à croire à la mosaïque de l'instant, refusant d'accepter que l'autre est déjà en moi, insensible à la mouvance combien vaste de mes identités.

J'aurais peut être mieux fait de rester chez moi, repoussant toute expérience qui aurait la velléité de me mêler, de me décentrer loin de ma zone de confort où calmement je proclamerai "Moi-Je...Moi-Je...Moi-Je" jusqu'à ce que les espaces antérieurement ouvert et accueillant deviennent grave et inquiétant, le regard fripé, les coins sombres murmurant de leur folies mourantes "Majnoun Tanja...Majnoun Tanja".

Majnoun, oui Majnoun, cet homme sans mémoire encore en chair, les yeux en berne cachés par le capuchon de son bzou, la peau terreuse et grave, écaillée par les épreuves du temps, le regard rapiécé par les non dits, par les représailles des silences scélérats qui empoisonnent le corps, debout dans un jardin de pierres brisées par les sabots ferrés des colonisateurs, suppliant les sentinelles de le laisser traverser les remparts pour aller chercher sa fille égarée, accusée d'avoir découcher. Mais accuse-t-on une rivière en crue d'être sortie de son lit pour aller perler dans les entrailles de sa mémoire?

Un moment…puis…de même que des cheveux éteints tombent oubliés par les vents, de même je m'effondre dans mon sofa. Une voix semblable à un clapotis de lèvres me traversa l'esprit, c’était des mots à l’image des fumerolles magmatiques échappant aux crevasses des lippes, on peut rester vingt ans dans cette ville, disait la voix, à regarder par nos yeux sans pouvoir jamais étancher la soif ardente du cœur.

Calme et résigné à aimer un souvenir passé, je quitte cette sombre demeure pour aller chercher les mots qui chaulent les ruelles et s’y resserrent pour qu’elles soient plus denses, écouter les voix qui s'échappent, grimpent sur les remparts, s'appuient sur les arcades des portes pour donner la parole aux hommes engoncés dans leurs belgha et djellabas blanche, clamant  La Ilaha Illa Lah , je passe par des venelles paresseuses comme une langue pâteuse qui se réveille par la rumeur des passants.

Les commerces débordent, les regards lèchent, le sacré se relaie d'un coin à l'autre, d'une confession à l'autre. L'ambiance enfle, les duvets trempent dans du thé à la menthe, les visages se mouchent dans les mains pour priser le tabac, le vent d'Est s'entête à balancer le linge blanc sur les terrasses, le marbre des hammams miroite sous l'eau chaude coulant des étuves, les chemins vides puis en crue de la médina avancent en calligraphie arabe, la tiédeur s'endort au pied des murs où je trempe par moment mon calame pour continuer l'illusion de l'image par l'écriture. L'ombre et la lumière se relèvent et scintillent comme des oriflammes portés par des guerriers arabes sur leurs cheveux de guerres clamant au fort du combat la désaccoutumance du peuple à l'écrit.

Je me mêle à la foule, née d'une même blessure, vais et vient dans les profondeurs et par les entailles des demeures Tanger me susurre son histoire pour que je dispute sa mémoire à la mort.

Je sais, je n'aurais peut être pas la chance de croiser un concitoyen sépharade, un ami espagnol, les surprendre quitter leur maison pour aller s'embrancher comme moi dans les articulations de la cité. Longtemps ils sont restés, puis en un jour ils sont tous partis. Laisser moi crier leurs noms : Benjio !!! Antonio !!! Mercedes !!!Molina !!!

Lové par les vents, je sors du ventre de la médina pour aller au toit de la falaise goûter au safran du soleil, fermer les yeux pour voir naître Tanger dans la blancheur des vagues qui viennent caresser l'âme de leur tourterelle et recouvrer sa virginité, puis rugir, le ressac plein d'écumes prêt à lacérer les corps de ceux qui ont osé barbouiller son rimmel


 

Partager cet article
Repost0
31 mars 2022 4 31 /03 /mars /2022 18:00

 

J’entends le désir ramper dans tes veines et la nuit dans ton sommeil j’écoute tes délires où tu racontes l’histoire de ce bâtisseur de mythe, la parole frugale, d’une main en plume de mésange il a inscrit des sillons sur ton corps pour écouter le récit de ton cœur, ses accès de fièvre, ses espoirs inachevés affalés sur un muret de remblais.

 

D’un geste ciselé de poèmes il a drapé ton cœur de pages d’un roman racontant les noces d’une ville à la mer, la procession des murmures, la moiteur des échos, le reflux des regards au passage de la bien aimée.

 

Ton cépage tendre soûlait de syrah les barbes drues qui les ont mariées, des mains égrenaient l’innocence des jours , les voix incoercibles s’échappaient des lèvres fauve pour aller donner la réplique aux clapotis des vagues, remontaient la falaise, séchaient  les mots trempés dans l’écume sur les tuiles des terrasses, nourrissaient   le frémissement du rituel pour calmer l’exubérance du cortège,  les yeux buvaient la lumière lestant les visages de leurs plis , les pages sacrées claquaient dans le vent, mélangeaient calottes et turbans, les mémoires bariolées, tatouées de soie rouge du Sefer, des fanions vert des minarets, de  blancheur de l’hostie, les tabernacles devenaient fous.

 

Un dialecte silencieux emmuraillait les morsures de la veille, tu continuais ton rêve sur l’aile d’une mémoire oubliée, décapant peinture sur peinture, découvrant la poussière des jours, les épreuves encore ardentes sur un plat en émail chatouillées par les vents qui moissonnaient à la lisière de tes pensées, vagissement, gazouilles, un peuple, les voix, épaisseur du silence, fracas, ressac des lames à l’orée des mots.

 

Tu t’es réveillé, des larmes chaudes coulaient sur les plis de ton visage, la nostalgie t’as serré dans ses bras pendant que tu dormais, c’est une princesse défunte, tu le sais bien mais tu as trop butiné sur le miel des jours passés, tu t’es repu des « Après » des « plus tard » des « demain » et  aujourd’hui tu es foudroyé, trop de vérité, démunis face à ces horizons lointains décousues, aux travers desquels des mots étrange passaient, paroles à rebours, pourtant la langue est ton amie, une écharde insupportable, fébrile, titubant tu t’assois sur une marche d’escalier, la tête sur la main courante, la vie court , la réplique des jours, seule est subversive la plume qui invente l’écriture, elle passe, tu es l’homme qui passe.

 

Partager cet article
Repost0
7 février 2022 1 07 /02 /février /2022 19:04

 

Cette photo je l’ai prise à Amtoudi (140 km de Tafraout). C’est un village qui se trouve sur le flanc sud-ouest de la chaîne montagneuse de l’Anti-Atlas, tapi dans la profondeur des gorges. Les habitants sont berbères, des Id Aissa. Bien que rarement citée par l’histoire du pays, cette localité est célèbre par ses impressionnants greniers, des Agadirs comme  il est coutume de les nommer, parmi les plus importants du Maroc.

La nuit, par la force de l’écho, emprisonné entre les parois verticales et spectaculaire de la montagne, le croassement des crapauds venaient à nous comme le son de quelques animaux d’une période géologique disparue.

Mais pourquoi cette photo ! Car des plus lointaines contrées que j’ai visitées, la nature a toujours porté l’empreinte des êtres humains. Dans le cas présent Le Culte.

Une nature vierge, seule a toujours dérangé, effrayé les Hommes, son espace et son immobilité les terrifie ! S’empressent alors à vouloir l’animer, à l’inonder de signes et de totem pour la ployer à leur volonté.

 

********************

 

Longtemps nous avons habité la médina chez mes grands-parents. Dar Baroud, lieu abritant notre demeure, fait partie des cinq quartiers formant cette enclave, un dédale de ruelles et d’impasses, un lieu d’oralité et de conte, de cris des mouettes et de cornes de brume des bateaux, de voix avachies par le vent de l’est.

Soufflée par le courant des mers, une atmosphère vivante franchissait chaque jour les remparts pour venir ramollir nos corps et attendrir nos regards. Non loin de notre logis, un Café maure “Makina”, quelques quidams autour d’une table en bois, les lèvres humides à l’embout des Sebsis, les yeux fardés d’espoir lorgnaient tantôt le fond des verres qui contenaient suffisamment de thé pour noyer le désœuvrement et abjurer le malheur tantôt les cimes ibériques pour donner corps à leurs attentes.

Chaque fois que je franchis le passage pour aller à la rencontre de ce corps social, un sentiment doux de ne pas en être exclu émerge en moi. Un silence fortuné, opulent, assoupissait mes pas. On aurait dit que les habitants de ces lieux passaient leur temps à se recueillir, à lire le roman de leur vie à la mer, à se remémorer un fragment de souvenir raconté par le roucoulement des galets et des pierres. Il faut dire que cet espace traditionnel, affranchi de toute instance urbanistique, est presque un lieu privé, on venait que si on y résidait ou quelque affaires nous appelaient à y chercher un familier. C’était les maisons qui, au fur et à mesure de leurs sorties de terre, créaient, traçaient les passages de ruelle en venelle. Les habitations comme les fissurelles de la méditerranée sont incrustées dans la roche puis soudées côte à côte, torsadées, chevauchent quasiment les unes sur les autres, agrippant le souffle des vents enduis d’écumes et d’encens, disputant la lumière pour vaincre l’oubli et le revers des temps.

A mesure que j’évoluai dans les entrailles de la médina, le souvenir de mon grand-père, Bassidi, papy me vint à l’esprit, un homme probe, le plus délicieux des êtres que la vie m’a accordé de rencontrer sur mon chemin.

• Dis-moi Bassidi, pourquoi n'habitons-nous pas en ville?

• Écoute mon enfant, me répond-il, les gens qui habitent la ville sont indifférents à la religion. Habiter dans des avenues en lignes droites ou perpendiculaires affublées de sens, de directions est une offense à notre créateur car le sens nous est donné uniquement par Lui. Notre conception de l’espace est en tout égard respectueuse de notre croyance, celle de croire entre-autres au retour de notre prophète Issa fils de Mariam et laquelle croyance nous permet de porter en nous, avec joie cette dimension cachée de l’éternel retour, du temps répétitif et circulaire, comment donc avoir foi en cela et habiter des lignes rectilignes dont on n'en reviendra peut-être jamais! L’espace pourrait certainement influencer ton appartenance, mon enfant. Regarde notre médina ses venelles sont sinueuses, pleines de chicanes et d’impasses, les portes des maisons obéissantes à leurs maîtres, indifférentes aux étrangers, révélatrices de la catégorie sociale de leurs hôtes, alors quand quelqu’un nous demande après un lieu on lui communique uniquement l’emplacement mais jamais la direction, c’est de relais en relais en implorant l’aide de Dieu par la formule Inchallah et la sourate du Trône qu’il peut atteindre le lieu recherché.

Je l’écoutai avec fascination, nous avions un dieu intime mon grand-père et moi, il me conduisait chaque jour à Sa demeure car il avait les clés du château: un poste radio Philips en bois datant de la première moitié du XXème siècle où repose la technologie d’avant la deuxième guerre mondiale et une clé pour remonter l’horloge murale qui ordonnait les heures de prières. Chaque matin vers huit heures et demie je lui apportai l’escabeau pour allumer la radio, on écoutait ensemble la lecture du coran, puis il s’en servait pour examiner la détente du ressort de l’horloge, l’évaluation terminée, il me jetait un regard de satisfaction en me défaisant les cheveux avec la paume de sa main.

Quand je revisite ma mémoire et revois notre demeure, son carrelage vert floral affadi par le temps, l’escalier en balustres de fer forgé desservant le premier étage, les murs laiteux oubliés du soleil, je ne peux résister au souvenir de cet enfoncement sous la paillasse de l’escalier, une alcôve dont le seul usage était de recevoir “tbak” le panier de pain évasé surmonté d’un cône ouvragé de feuilles de doum. C’était un coin sacré, à l’heure des repas on allait chercher le pain presque avec cérémonie.

Le seul trait qui mettait notre logis sous une apparence occidentale, c'était le costume de mon père. Quand le soir arrivait et le vestibule plongé dans la pénombre, la porte s’ouvrait et mon père apparaissait. Il arborait fièrement cette armure de fonctionnaire, les chaussures propres, noires et formelles. Il n’était pas soucieux uniquement de sa mise mais attentif aussi à sa marocanité et africanité. Il venait d’une époque que je n’ai pas connue, le Protectorat et moi de l’Indépendance, que dire un monticule de sable face à une montagne! Mon père était sévère, je regardai seulement son visage pour recevoir le témoignage d’une affection ou d’une réprimande, à la maison il était pour moi l’homme par qui la civilisation et le monde m’était conté, il prodiguait et savait tout, il ressemblait à Gamal Abdennassar selon les dires de mon oncle ou Imad Hamdi selon ceux de ma mère mais jamais à De Gaulle ou à Pompidou.

Parfois le matin, j'essayais de me lever tôt pour mettre la carafe de lait au seuil de notre maison et attendre le passage des chèvres pour tirer le lait de leurs mamelles. Mais quand je m'oubliais au lit, des mains à la peau écaillée, nervurée par le temps, plissées comme un drap défait, venaient scruter mon matelas pendant mon sommeil, pour s'assurer si aucune eau chaude ne m'a réchauffée la nuit. L'échappée n'étant pas toujours certaine, les doigts osseux me pinçaient alors jusqu'à faire trébucher mes rêves. Cependant avant de filer à l'école, ma grande mère, pour se réconcilier avec moi après un réveil agité, me donnait un peu de pois chiche cuit à la vapeur au sel et au cumin.

Mais....dieu.....qu'est-ce que je pouvais des fois détester cette femme, elle avait les lèvres charnues à vous laisser une écume de salive sur la joue quand elle vous embrassait, elle pestait sans se lasser contre mon grand père, lui la candeur dans sa nature la plus absolue qui avait le cœur sur la main, prenait la vie comme elle venait. Certes, le commerce des bijoux fantaisie que pratiquait Bassidi ne lui permettait pas de rapporter suffisamment d’argent à la maison, aussi faut-il avouer qu’il n’avait d’intérêt que pour son chapelet dont il faisait passer les grains entre les doigts pour compter les jours qui lui restaient. Alors quand il empruntait chaque matin les chemins grêles de la médina pour aller tenir son commerce en fait c’était davantage pour méditer et rester en retrait des chamailleries du foyer. Mon père s’occupait du reste.

Le dévouement de mon grand père à sa famille, à son travail et la résignation de ma grand-mère à sa condition de femme au foyer, enracinaient encore et toujours un peu plus profondément ce sentiment d'immuabilité dans le temps, je les voyais réaliser chaque jour les mêmes fragments de gestes successifs, accomplis comme une promesse, pour s'acquitter de leur prières, remonter d'un mouvement de poigné l'horloge murale, bluter la farine, pétrir le pain, astiquer les théières d'argent et fourbir les lampes et les plateaux en cuivre.

Mon grand-père partageait assidûment mon chemin vers l'école. Il s'habillait de son traditionnel Jabador blanc, symbole d'appartenance à sa communauté, de son couvre chef en laine rouge cerise puis sa chaussure belgha qui n'a jamais cédée à une citadine et bien sûr sa jellabah grise et sa meilleure compagne une canne en cèdre. Qu'est-ce que j'aimais cet homme! Il m'a appris l'ambition de chercher à rester simple et modeste, sa propreté physique et morale a éclaté la blancheur de son linceul.

Notre chemin attirait sans cesse mon attention, on y sentait l'odeur des fèves et celle des haricots, des plats rustiques qui me rassasiaient. Les rues étaient sinueuses et irrégulières, les maisons se touchaient puis se séparaient faisant succéder l'ombre et la lumière alternant ainsi jusqu'à la place Dar Baroud.

Le quartier abritait des personnages distincts qui nuançaient l'ordre social et donnaient de l'importance et de la contenance à notre communauté.

Tourya la voyante, habitait à l'embouchure de la rue où elle offrait ses présages aux femmes en mal d'amours, ses recettes pour déjouer le mauvais œil, pour briser le cadenas des femmes récemment mariées et difficiles à dépuceler ou les maris qui n'arrivaient plus à la remuer. L'épicier Hamou, le fkih de l'école coranique et enfin le maître du four traditionnel qui jouissait du respect du voisinage car c'est en ce lieu que le pain du pauvre côtoyait paisiblement celui du riche.

Place Amrah était le passage obligé de tout un chacun de nous qui désirait accéder aux quatre portes parmi les sept de Tanger, Bab Haha, Bab Bhar, Bab Assa et Bab Kasbah. Cette place était bien connue par la somptueuse demeure Sidi Hosni de la richissime Barbara Hutton que les médias ont surnommés plus tard la pauvre petite fille riche.

Les nuits n’étaient pas toujours égales. Épaisses, elles transfiguraient nos ombres, étranglaient la lumière des réverbères accrochés sur les murs en décomposition, s'emparaient avec une délicatesse ténébreuse de mon malaise. Ma tête tanguait sur l'édredon comme une coquille de noix aux prises de la houle d’une mer agitée. En cherchant le sommeil j’imaginais ma mère assise auprès de moi, au bord du lit essayant de me couvrir jusqu’aux épaules puis déposer un baiser sur mon front. Bonne nuit mon chéri et fait de beaux rêves me disait-elle. Mais ce n’était qu’un rêve, elle n’était pas là, ne pouvait pas être là. C’était une affaire de grand paraît-il. Personne ne connaissait encore le langage des chaudronnés pour me l’expliquer sauf mon grand-père qui, tel un papillon, volait avec moi à la recherche d’un soleil meilleur.

Quand mon grand-père est parti dans les replis mystérieux de l'inapparent, je n’ai plus retrouvé l’escabeau pour allumer la radio et écouter le coran ni la clé pour remonter l’horloge murale et ordonner les prières. C’était ses bornes à lui pour s'amarrer à l’existence. Maintenant qu’il n’en avait plus besoin pourquoi les avait-il emportés avec lui? J’ai alors demandé à mon père qui m’a répondu avec une assurance lapidaire, à l’emporte-pièce sans qu’un seul pli de son visage ne vienne trahir un doute, que notre dieu intime avait le même âge que son adorateur Bassidi. Cette affirmation péremptoire me troubla un peu, elle cachait peut-être un malaise un non-dit, c’est à ce moment là que le rhizome religieux de mon paternel commença à m'intéresser, mais je ne voyais encore en lui que ce qui m’était accordé à voir, c’est à dire ce grand arbre qu’il représentait aux branches larges qui m’abritaient, parfois m’angoissaient mais aussi d’où j’ai fleuri après l’enfoncement orgasmique de ses lianes dans la terre, ma nourricière.

Après la disparition de mon grand-père Bassidi, mon père cru peut-être nécessaire de compléter mon éducation cultuelle! Ainsi, au commencement du mois sacré de ramadan il m’acheta la tenue réservée à l’occasion, Djellaba, Jabador, gilet et belgha. Certes, mon corps était encore silencieux, rien ne venait traverser mes lombes ni mettre à l’épreuve ma virilité, mais je me sentais déjà un homme! Un vrai! Aux vingt sixième jours du mois sacré, à la nuit du destin, nous sommes partis ensemble à la mosquée pour nous acquitter des prières qui conviennent à la circonstance.

Il faut dire que cela fait bien quelque temps que je savais que le dieu de mon père était un comptable, un administrateur de culte, un dieu de service qui distribuait les bons et les mauvais points. Rien ne venait cependant donner corps à mes soupçons, je voulais en avoir la certitude, la preuve et cette nuit je l’ai eu, car qui pourrait aimer un comptable!!

Après Salat Al ‘Ichae et les prières surérogatoires, il s’appuya sur ses genoux pour se mettre debout, plia son tapis et soudain d’une voix triste, irrépressible, telle une aigreur expulsée malgré lui par la contraction de son diaphragme, lasse d’être à chaque fois contenue il dit: ”Ouf c’est terminé!”. Cet aveu fut comme un lézard dans mon firmament! C’est la seule fois où j’ai ressenti de la pitié pour mon père, sa foi en dieu s'était brisé il y a bien longtemps, il en était malheureux, parti très jeune, séquestré par les vicissitudes de la vie, trop longtemps resté à guerroyer pour se ressouvenir maintenant sans coup férir du chemin du retour, une douloureuse tristesse le séparait de son pays natal, la voix mystique et sacrée de son peuple.

Les profondeurs de la médina m'ont appelé pour plonger dans mes souvenirs, pour écouter l'écho de la vie trépidante d'antan, pour enlever le pansement de ma blessure qui n'avait pas encore guérie.

Je reviens sur les pas de mon père quand il rentrait le soir le cœur palpitant de bonheur de nous revoir.

Je reviens sur les pas de ma mère quand elle venait supplier de la laisser voir ses enfants.

J'avais peur de changer. Mais maintenant la médina reconnaîtra l'enfant qu'elle a consolé.

Je reviendrais......

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
3 février 2022 4 03 /02 /février /2022 08:40

 

 

Ils arrivèrent dans l’après-midi aux abords de la ville. De part leurs divers séjours dans le sud, Adam et son épouse Aïcha savaient que les gens du cru à cette époque du siècle avaient encore la foi en leurs terres, et la terre en retour les aimait et leur dispensait suffisamment de plantes et de pierres médicinales pour calmer leur maux et leurs douleurs. Demander en ces temps-là après une pharmacie au lieu d’un herboriste ou un apothicaire c’est comme si vous profaniez un lieu sacré.

Depuis la nuit des temps les peuples communiquaient avec cette Force Vitale, se sustentaient avec secret de son Principe Universel, le transmettait d’une génération à l’autre par une presque chorégraphie de gestes ancestraux saluant par leurs biais la naissance primordiale du monde.

Mais la science a vite fait de fanfaronner ses découvertes, prétendant ouvertement d’avoir démystifier le secret  du cosmos, reléguant au fin fond de la mémoire des hommes les liens inviolables qui les unissaient à leurs terres. C’est ainsi que nos enfants ont emprunté le chemin des molécules chimiques et l’adoration des nouveaux dieux, Bayer, Pfizer, J&J…... 

A l’arrière les jérémiades de Mikael avaient cessé, sa maman le divertissait et lui appliquait les remèdes de grand-mère qui ont fini par lui rendre le sourire et les couleurs. Dès que Adam s’arrêta sur les bas-côtés de la route pour s’enquérir de la situation, Ismaël n'attendit pas la permission de son père pour sortir, ouvrit la portière avant et se mit à courir dans les plantations avoisinantes. La famille était contente et soulagée de voir son enfant se remettre rapidement de ce malaise.

Adam enjamba une rigole et rattrapa Ismaïl, ils passèrent au travers des frondaisons de quelques oliviers puis débouchèrent tous les deux avec surprise sur des vergers d'arganiers, de palmiers et d'amandiers. Les champs tapissés d’herbes, d’arbustes divers et de hennés aux couleurs vert bouteille étaient ceint, de part et d’autres d’un sentier taillé dans une argile dure semi dépierrée, d’un muret de terre rouge imprécis mais ferme construit à même la paume de la main mélangé à du feuillage morts. A cette heure de l’après-midi, les habitants congédiés par la forte chaleur s’assoupissaient dans leurs demeures attendant la prière de l’instant pour sortir et aller prier dans leurs mosquées. Seuls les criquets et les insouciantes cigales peuplaient le silence faisant la répartie aux roucoulements des ruisseaux et aux craquements des pierres sous la brûlure du soleil. Adam s’est sentie apaisé par ce paysage, une forme de plénitude gagna son cœur et le fit approcher d’Ismaël, un mouvement spontané qui les rendissent égaux dans leurs humanités malgré leurs différences d’âges. La nature et les êtres sont tous les deux sur la même roue de la réincarnation, ils viennent au monde ensembles le quittent de la même manière puis reviennent avec des visages différents. La mort c’est l’Homme qui l’a inventé il n’y a que la Vie. 

Ici au crépuscule, quand le paysan rentre chez lui, conduit son troupeau à l’étable, attache son mulet dans la stalle, même dans le silence de la nuit il reste toujours de la chaleur, l’ardeur du vivant ne s’arrête pas, elle fait hennir, piailler, aboyer et le paysan dort. Dans son sommeil, il pense à la terre. Il est absous d’erreurs, repose dans une quiète certitude malgré les vicissitudes des jours. Lorsqu’il pousse la charrue et que le soc commence à retourner la terre, à creuser son sillon, il sait que c’est la Mère nature qui a choisi pour lui le lieu et le moment parfait pour remplir son rôle de paysan. Il le sait, il doit le savoir.

Ailleurs une fois le moteur de la voiture éteint, c’est du métal mort qu’on laisse derrière nous, on n’entend oualou lorsqu’on rentre chez soi, l’être ne partage rien avec la machine, l’acier et le fer mais il continue à sentir l’huile et le gasoil et la nuit dans son sommeil il pense au prix du pétrole. L’humain c’est de l’ADN mais pas seulement, c’est une émotion mais pas seulement, il est plus que cela, il le sait, mais ce qu’il est, est plus vaste que ce qu’il pourrait savoir. Mais cela, il ne le sait pas encore car  le merveilleux a quitté son cœur.

 

A suivre 

Partager cet article
Repost0

Texte Libre



Ces écrits sont nés d'un besoin pressant d'aller vers l'autre, de fondre dans un creuset qu'est ce support des éléments épars exprimant une certaine singularité.

Mais l'homme a vite fait de montrer sa joie une fois il est dans la lumière alors que les vrais auteurs, sans qu'il ne s'en aperçoive, sont dans l'ombre.

Ces écrits ne sont donc que l'expression harmonieuse d'innombrables acteurs proches ou lointains qui ont peuplé mon esprit et qui maintenant revendiquent la liberté à leurs créations.

Je passe mes journées à mutiler mes cigares à décapiter leurs têtes à allumer leurs pieds à déguster leurs tripes, mais l'écriture n'est-elle pas une vertueuse souffrance qui s'ingénue avec bonheur à vous faire oublier votre égo à décliner le constat social et à créer en vous le désir de dissimilitude?

Notre société a circoncis les hommes dans leurs corps, le fera-t-elle pour le prépuce de leurs coeurs et de leurs ambitions?

La vitole bleue dédie ses thèmes à la ville de Tanger, ma terre ma nourricière, au cigare ce plaisir perle des dieux fait par les mains des hommes, et enfin à mes écrits vérités sur mes parures qui donneront je l'espère suffisamment de plaisir aux lecteurs.
.....................................................................................................................

Recherche

Peut-être un jour

Qui c'est celui là?
Mais qu'est-ce qu'il veut?
Tanger 2010
 

Comment se fait-il qu’un homme quinquagénaire simple et ordinaire, père de deux enfants et œuvrant dans le secteur bancaire tombe, sans suffisance aucune, dans le chaudron d’Epicure ?

A vrai dire j’essaie de ressembler à ma mémoire, c’est une conteuse passionnée, qui m’a tatoué le cœur par le premier clapé de sa langue sur le palais pour me raconter le plaisir du cigare, et la première lueur blanche de Tanger sans laquelle tous mes devoirs envers mes plaisirs ne seraient qu'un amour futile.  

 

 
Porsche 911 carrera 4
Porsche 356 1500 S Speedster (1955)
Porsche 356 1300 coupé 1951
Porsche 356 A 1500 GT Carrera 1958
Porsche 356 châssis 356.001
Porsche Carrera 911



 
 

  

 

des mots en image

D'hércule et d'héraclès
Blanche est ma ville
Brun est mon humidor

Articles Récents